Chargement...
 
[Voir/Cacher menus de gauche]
[Voir/Cacher menus de droite]






Traduction demi-brut enbullée : ardoisebleue 10 10 2018



Le fait d’éliminer les bruits indésirables d’un signal est évidemment une application où il est de loin préférable d’obtenir un son net à la source. Bien que cet article traite du mixage, il convient de mentionner ici quels sont les problèmes et comment ils sont normalement résolus au stade de l'enregistrement.

L’élimination des vibrations s’obtient mieux en plaçant et en montant soigneusement le microphone, en éliminant le bourdonnement, en choisissant et en plaçant avec soin les câbles utilisés : câbles normalement «équilibrés». Il est également préférable d’éliminer les interférences radio HF en choisissant et utilisant des câbles symétriques. Toutefois, comme les interférences HF sont si omniprésentes, elles ne sont pas toujours utiles. Les taxis, par exemple, sont souvent une source d’interférences HF sur les câbles de microphone, en particulier si ces câbles sont asymétriques.

Les sifflements provenant des microphones peuvent être éliminés en utilisant des microphones à haut rendement couplés à des pré-amplis micro à hautes performances, équilibrés qui, dans les années 90, étaient souvent présents, même dans des consoles de mixage relativement «économiques».

Il est préférable d’éviter les sifflements du dispositif d’enregistrement (ex : une platine à bande) en utilisant un bon système de réduction du bruit, tel que Dolby, ou en enregistrant sur un bon système numérique.
Malheureusement, les convertisseurs numérique-analogique sur un système d’enregistrement à gros budget (comme certaines cartes de son PC) ne se rapprochent même pas de la haute performance que peuvent théoriquement obtenir des systèmes numériques haute performance ou même analogiques haut de gamme.

De plus, dans la pratique, il n’est pas toujours possible d’éviter toutes ces sources d’interférences indésirables. Même le meilleur studio d'enregistrement isolé du centre-ville peut souffrir de grondements de très basse fréquence causés par le trafic et les trains à proximité, et le mode de vie trépidant d'une ville fournit de nombreuses sources d'interférences radio telles que lignes électriques, téléphones mobiles et taxis.

Malgré le noble objectif des «puristes» de la théorie de l’enregistrement sonore, il n’est pas toujours pratique d’enregistrer tous les microphones «à plat» (sans correcteur d’égalisation). Bien que vous ne puissiez pas "entendre" les grondements de basse fréquence provenant de la circulation à proximité ou d'autres sources parasites, vous pouvez certainement le "ressentir" ; En particulier si votre enregistrement implique l'ouverture de nombreux microphones en même temps, où il peut être courant de récupérer les sources sonores à proximité (comme un amplificateur de guitare basse).
Pour cette raison, il est donc presque toujours judicieux d'activer le filtre passe-haut fourni par la plupart des consoles de mixage modernes lors de l'enregistrement à partir d'un microphone. L'exception à cette règle est évidemment lorsque vous utilisez un microphone pour enregistrer un son à très basse fréquence, telle qu'une guitare basse, un violoncelle ou un autre instrument à basse fréquence, dans lequel le maintien des ultra-basses fréquences est primordial.
De la même façon, à l’extrême aigu, tout instrument de musique comportant un dispositif de «capture» électrique, tel qu'une guitare électrique ou un piano électrique, peut être sujet à des interférences radio HF.

Au cours d'enregistrement de pianos électriques en particulier, je filtre toujours les aigus jusqu'à ce que je puisse entendre une atténuation du son, puis j'atténue ce filtrage jusqu'à atteindre le point idéal où le son de base n'en est plus affecté. Ceci est basé sur de nombreuses et tristes années d’enregistrement où une «prise» par ailleurs bonne, et soudainement gâchée par l'insignifiante et inattendue ingérence d’une source proche. Bien sûr, il est toujours facile de «régler le problème plus tard», mais adopter une telle approche signifie que vous devrez subir des enregistrements aux contrôles insatisfaisants jusqu'au mixage principal. Le mieux est d’y arriver du premier coup, avec une égalisation prudente.

La plupart des filtres passe-haut et passe-bas des consoles de mixage modernes ont une réponse assez précise, et donc acceptable. Si vous faites preuve de prudence, l’approche générale peut consister à aligner les filtres de manière à ce qu'ils “découpent” TOUT le son qui est théoriquement situé en dehors de la plage de fréquences de l’instrument enregistré, de la même manière qu’un photographe professionnel «recadre» les bords d’une photo, ne laissant que les domaines d'intérêt au centre de l'attention.

Supprimer le sifflement d'un enregistrement multi-piste devrait appartenir au passé. Malheureusement, tous les ingénieurs du son ne sont pas aussi audacieux qu’ils pourraient le faire lorsqu’ils fixent les niveaux d’enregistrement, bien que, pour être honnête, lors d’une session d’enregistrement en direct, cela soit souvent simplement dû au manque de temps, à un souci raisonnable de la flexibilité et à la nécessité d’un « marge de sécurité". De plus, il n’est pas du tout inhabituel de nos jours de se voir demander de faire un remix «branché» d’un master multi-piste vieux de plusieurs années.
Dans de telles circonstances, l’élément fondamental de l’égalisation est de supprimer le plus de bruit possible des candidats «évidents» tels que la grosse caisse, la guitare basse, le piano électrique et les micros de basse qualité.

Bien que ces instruments disposent d'une quantité importante d'énergie dans les aigus que vous ne voudriez pas perdre, cette «énergie» est en grande partie très inférieure à 8 kHz, une fréquence au-dessus de laquelle le bruit devient particulièrement choquant. Dans ces circonstances, il est parfaitement acceptable de supprimer autant que possible les aigus en utilisant un filtre passe-bas abrupt. Ce n’est pas de la «HI-FI», mais une approche pratique utilisée par les ingénieurs depuis de nombreuses années. Cela fait partie du travail pou obtenir un bon son.
Pour les autres instruments, il serait préférable de les laisser seuls. Dans la plupart des cas, l’égalisation sur le dessus des types d’instruments décrits ci-dessus, combinée à un contrôle judicieux du bruit sur les pistes restantes, devrait être largement suffisante.

Si ce n'est pas le cas et que vous pensez qu'il y a toujours trop de sifflements dans l'ensemble, trois approches en «dernier recours» peuvent être adoptées pour les pistes restantes et gênantes.

Tout d'abord, vous pouvez essayer une réduction de bruit «asymétrique», telle que l'insertion d'une unité de réduction de bruit Dolby ou DBX, commutée sur «décodage», sur les pistes incriminées. C'est un truc populaire parmi les radiodiffuseurs et on peut l'entendre dans de nombreux reportages. Le fait qu'il puisse être entendu devrait suffire à vous dissuader d'essayer. Le résultat donne généralement l’impression que le journaliste se bat pour éviter d’être étouffé par un oreiller. Le fait d’améliorer l’égalisation dans les aigus n’atténue pas cette impression. C’est plutôt horrible.
Une technique beaucoup plus efficace consiste à atténuer tous les sifflements du son jusqu'à obtenir un son étouffé, puis à alimenter le son résultant, mort, à travers un Aphex Aural Exciter, ou une unité d’amélioration similaire, qui synthétisera une nouvelle gamme d'aigus nette à partir des informations musicales restantes des basses fréquences. Cette technique fonctionne extrêmement bien et a même été utilisée avec succès avec la remastérisation sur CD d’œuvres classiques anciennes (bien que les ingénieurs impliqués ne l’auraient probablement pas admise publiquement).
Enfin, si une piste est tellement affectée par le bruit qu’elle dépasse les possibilités des astuces de base décrites ci-dessus, tout n’est pas perdu. Bien que prenant du temps, la piste incriminée peut être introduite dans un ordinateur et soumise à un logiciel de réduction du bruit. Actuellement, Les résultats de réduction du bruit possibles peuvent être vraiment époustouflants, il faut souligner que si vous exagérez l'utilisation de tels systèmes, vous pouvez vous retrouver avec la source sonore principale sonnant de manière particulièrement artificielle et informatique (mais avec parfois des résultats intéressants!). J'utilise fréquemment la réduction de bruit basée sur un ordinateur, pas sur des sources musicales, mais sur le lieu de reportages et d'extraits de sources sonores douteuses qui ont besoin d’être nettoyés pour une émission de radio.





[+]

Collaborateur(s) de cette page : olinuxx , ardoisebleue , utilisateur_anonyme , pianolivier et system .
Page dernièrement modifiée le Mercredi 17 octobre 2018 16:49:37 par olinuxx.
Le contenu de cette page est licencié sous les termes licence.

Documentation [Afficher / Cacher]

Connexion
[Afficher / Cacher]


r1

Mégaphone [Afficher / Cacher]

l_d_v_c, 23:51, mer. 14 Nov 2018: Salut !!!!! Quels sont les logiciels compatibles Amiga POWER ?
olinuxx, 13:27, mer. 14 Nov 2018: Bonjour et bienvenue à IsaDJ cool
sub26nico, 23:42, mar. 13 Nov 2018: Salut et bienvenue à beniaak :-)
olinuxx, 14:55, lun. 12 Nov 2018: Bonjour et bienvenue à Luciffer twisted
sub26nico, 21:05, dim. 11 Nov 2018: Salut et bienvenue à jojolafrite :-)
sub26nico, 20:40, dim. 11 Nov 2018: Salut et bienvenue à phil43 :-)
olinuxx, 20:08, dim. 11 Nov 2018: ok syberia303, merci pour l'info
syberia303, 19:49, dim. 11 Nov 2018: Des versions vst linux existent (OS 64 bits seulement apparemment). Ils peuvent être essayés pendant 30 jours.
olinuxx, 19:45, dim. 11 Nov 2018: @syberia303 : y'a t'il des versions linux ?
syberia303, 19:35, dim. 11 Nov 2018: De nouveaux vtis natifs disponibles chez Tracktion (à base d'échantillons, non libres et payants): [Lien]
sub26nico, 11:56, dim. 11 Nov 2018: Salut et bienvenue à MisterPhilip :-)
olinuxx, 20:36, sam. 10 Nov 2018: Bonjour et bienvenue à tolliac biggrin