Chargement...
 
[Voir/Cacher menus de gauche]
[Voir/Cacher menus de droite]



Avant propos : le mixage sous Ardour est particulier dans la mesure où toute liberté est laissée pour créer ses propres agencements de bus et de départs/retours d'effets.
arrow Vous pourrez également lire les pages du Portail du mixage.

Éléments de base, les tables de mixage traditionnelles

Traditionnellement une table de mixage est composée de pistes qui reçoivent les instruments et quelques bus (dont la sortie Master). Un bus permet de grouper des instruments nécessitant par exemple plusieurs micros. C'est le cas de la batterie. Il est ainsi plus aisé de régler le volume du groupe à l'aide du fader de son bus, que toutes les entrées séparément.

Chaque piste a aussi un point d'insertion, permettant d'intercaler un effet externe qui lui sera propre.

Chaque piste a aussi des départs d'effets, généralement post-fader. On peut ainsi sur-ajouter au son non-traité, le son traité d'un effet externe.

Les tables de mixage intègrent bien sûr des égalisations et nombre de dispositifs complexes à décrire, et changeant d'un modèle à l'autre. Un modèle intéressant de table de mixage est la table in-line, où l'on peut basculer rapidement le routing d'une piste entre l'entrée de l'instrument ou la sortie d'un magnétophone multi-pistes. Un aspect qui n'est malheureusement pas toujours transparent avec Ardour.

La page "L utilité des Greffons" comprend des informations intéressantes sur les égalisations, la compression et d'autres effets ...

Dans Ardour

Dans Ardour, la table de mixage et le magnétophone sont intégrés au sein du même logiciel. Aussi dispose-t-on d'autant d'effets que l'on souhaite, effets que l'on peut insérer avant ou après les faders.

Traitements globaux

La première étape consiste à ajouter autant de pistes que l'on a d'instruments. Ensuite il faut réfléchir à la création d'un bus ou deux qui serviront par exemple aux sons de batterie ou aux sons qui composent des nappes superposées. On pourra ainsi facilement contrôler le volume, muter, ou appliquer un effet sur l'ensemble du bus (typiquement: compression).

Il est également courant d'ajouter un ou deux bus d'effets stéréos, par exemple un bus avec une reverb', un autre avec un délai stéréo.

Chaque piste concernée par ces effets globaux recevra alors un départ d'effets post-fader pour pouvoir baisser proportionnellement le son pur et le traiter en même temps.

Les reverbs' sont très utiles dans ce cas là pour donner un effet de liant, mais il est aussi très important de ne pas trop en ajouter au risque de tout noyer et de perdre en nuances d'expression. Il y a toute sorte de réverbérations et de réglages à considérer (certaines étant d'ailleurs plus indiqués en in-sert sur des pistes isolées). Les styles de musiques renvoient parfois à des usages diamétralement opposés. :-)

Les effets d'insertion

Les égalisations et les traitements de la dynamique sont les deux mamelles du mixage et sont fondamentalement liés.

La compression permet de réduire les écarts de dynamique d'un instrument, cela est nécessaire pour contenir les éclats de certains instrumentistes. Ou pour dans l'ensemble du mix, faire que les parties jouées moins fort par l'instrumentiste ne soient pas couvertes par l'ensemble.

Il faut savoir que la compression agit aussi, si l'on règle attaque et relâchement à des valeurs faibles, sur le contenu fréquentiel des sons. Ainsi sur un passage isolé, la compression va faire ressortir le spectre global de l'instrument d'une façon plus égale, faisant ressortir ici des graves, là du souffle.

Les égalisations vont permettre de couper les parties du spectre jugées inutiles, redondantes ou conflictuelles avec les autres instruments. Les relations qu'entretiennent l'ensemble sont d'ailleurs susceptibles de varier lors du morceau.

Tout l'art consiste à réussir à enlever ce qui serait de toute façon couvert par le reste, sans dénaturer (ou sans trop dénaturer) l'instrument traité. On peut également accentuer l'identité sonore d'un instrument, le forcer à exprimer un caractère propre qui, sans cela, ne ressortirait pas assez.

Certains instruments comme les guitares nécessitent toutes sortes de traitements additionnels comme les distorsions, chorus, etc...

Ajoutons que nous avons un ami en la personne du pré-ampli à lampe (dont on trouve de bonnes simulations dans la suite LADSPA CAPS) car il tamise la dynamique tout en ajoutant des harmoniques paires (agréables à l'oreille) faisant ainsi ressortir la saveur d'un instrument, c'est la fameuse "chaleur" du son à lampe !

Utiliser les enveloppes de volume

Une méthode simple au lieu d'utiliser un compresseur consiste à directement jouer sur le volume d'une région audio en utilisant le mode GAIN de l'éditeur. Assurez-vous que l'enveloppe de la région en question est visible et active, et vous pouvez alors ajouter des points et les déplacer de sorte à minimiser tel ou tel passage.

Le Bus

Permet de traiter le signal d'un ensemble de piste sur une seule.
Clarifions:
vous avez 8 pistes pour une batterie, il vous faut une reverb' unique pour l'ensemble des 8 pistes.
Il est plus intéressant et moins gourmand en ressource d'appliquer 1 seul greffon de reverb' à l'ensemble plutôt qu'individuellement piste par piste.

pour ce faire :
aller dans le menu "piste" > "ajouter piste/bus"
Une fenêtre s'ouvre et à ce moment cochez "bus", "stéréo"
"ajoutez"

Pour assigner les pistes désirées, passez dans les "connexions" de "JACK".
De là, connectez les 8 pistes de batterie de "out" vers les "in" du nouveau bus.

Ensuite vous ajoutez vos greffons souhaités sur ce bus de la même façon que sur une piste classique.

À savoir, le bus n'affiche pas de signal, et il n'est pas nécessaire de le passer en mode "enregistrement".

Le mixage avant le mastering

Il faut savoir que l'apprentissage du mixage est chose ardue qui demande une période d'essais-erreurs relativement longue (des mois, sinon des années ;)

Parfois il est meilleur de se contenter de traitements minimalistes pour éviter de se perdre dans la complexité de l'ensemble. On peut même pour un temps se focaliser uniquement sur les faders de volume, et redécouvrir les relations de volume entre les instruments.

Le son que nous aimons sur les disques est souvent très compressé, surtout sur les vinyles et il est très dur d'obtenir ce son sans un minimum de travail.

Il ne faut pas hésiter à s'accorder des moments pour réfléchir ou se reposer, car l'oreille s'habitue et compense naturellement les déséquilibres de fréquences.

Le mixage est interdépendant de la construction du morceau, il faut savoir mêler les timbres, et les alterner. Ardour permet rapidement d'agencer les régions pour essayer différentes combinaisons et ainsi aller plus loin dans le processus de création.

Un bon système d'écoute est nécessaire pour avoir cette vision d'ensemble. Les enceintes de monitoring doivent si possible avoir une réponse en grave suffisante au risque sinon de les sur-mixer et d'avoir des surprises lors de l'audition sur des moniteurs 3 voies ou avec caisson :-)

Le casque est dangereux pour l'oreille et également pour le mixage lui même, car il ne permet pas une audition d'ensemble. Par contre le casque est comme une loupe permettant de focaliser sur les détails que l'on entend pas toujours autrement (craquements subtils, souffle).

EQ

On trouve différentes sortes d'EQ dans les greffons LADSPA, dans les TAP nous trouvons le TAP Equalizer with Bandwith, tout ce qu'il faut en un seul greffon puisque c'est une sorte de banque de filtres paramétriques !! (Attention, un bug fait planter Ardour si on ouvre la GUI pendant la lecture, cela le fait que la première fois). Malheureusement les TAP plugins ne sont plus maintenus, d'où des étrangetés de comportement avec les compilateurs récents. EQ10Q fera l'affaire, par exemple.

Dynamique

Deux greffons sont intéressants, d'une part le nouveau AmpV de la suite CAPS, est une bonne simulation d'ampli à lampe et permet de "chauffer" le son comme l'on ferait sur une table de mixage avec le gain. L'idée est de rendre le son plus gros, et du même coup lui faire perdre un peu de dynamique. À plus forte dose on obtient de la saturation, ce qui peut le but rechercher sur une guitare. Ce greffon marche bien sur les sons percussifs pour leur faire perdre leur attaque trop radicale. Ensuite on peut utiliser le compresseur SC4 (complet et fonctionnel avec son Vu-mètre) de la suite SWH (Steve Harris). Il s'agit d'un compresseur assez complet permet de réhausser le gain ce qui est bien pratique et aussi de voir l'effet de la compression à l'aide d'un niveau.

Panoramique

La gestion des panoramiques est un aspect assez important car il aide à faire que les instruments se combinent bien ensembles. Il y a différentes cas de figure, les instruments mono peuvent être dispatchés dans l'espace stéréo, et il y a aussi l'automation de la panoramique dans Ardour permettant de modifier cela dynamiquement (ça marche bien pour les bruitages et autres effets sonores). On trouve quelques greffons intéressants comme le CAPS: Pan and Width qui permet de jouer avec l'effet hass. Le premier paramètre pan n'est pas intéressant puisqu'Ardour a ses propres réglages de panoramique, mais width est le dosage d'un délai court time qui permet d'avoir 2 voies sur les 2 enceintes en décalage. Cela marche très bien sur les sons lents (nappes, mélodie). Mais moins sur les sons rythmiques, le délai pouvant se percevoir un peu trop.
Dans les TAP, l'Autopanner est un LFO agissant sur la panoramique, ce qui marche bien encore une fois pour des effets sonores. Pour utiliser ce greffon sur des pistes mono, il faut utilise le Mono to Stereo splitter.

Automatisation

Comme tout DAW qui se respecte, Ardour dispose d'automation.

Accès à l'automatisation :

Dans la vue piste à gauche, le bouton "a" permet d'accéder aux différents paramètres d'automatisation.
Sélectionner : "afficher toute l'automatisation" ou "afficher l'automatisation existante". Si vous n'avez pas encore créé d'automatisation, seul Gain et Panoramique sera disponible, ainsi que les paramètres d'auto des greffons éventuels.

Édition de l'automatisation :

Il existe 4 modes d'édition :
  • Manuel : L'automatisation est simplement ignorée, le paramètre est celui que vous aurez choisi manuellement.
  • Écrire : Permet d'éditer le courbe d'automation, soit avec la souris, soit avec une surface de contrôle.
  • Lire : Lit tout simplement la courbe d'automation précédemment éditée.
  • Reprise : Plutôt dédié au travail avec surface de contrôle, ne modifie la courbe d'automation que si on touche en direct à un paramètre

Notons qu'aucune automatisation des départs d'effets (SEND) n'est encore disponible, cette fonction est prévue pour la version 3 et parait-il déjà fonctionnelle dans les CVS.

exemple d'automatisation du gain sur une piste Audio:
Used in Ardour 2 Le Mixage

Phase finale

Une fois le pré-mix fini, on peut utiliser Jamin pour aller encore plus loin. Jamin permet la compression multi-bandes ce qui peut aider à rendre le morceau plus homogène, et les égalisations intégrées servent alors à agir de concert.

La fonction boost est très amusante pour donner un cachet sur-expressif ou rétro. Il s'agit d'une simulation de pré ampli à lampe. On se rend compte à cette occasion qu'en tournant un simple bouton le mix peut changer drastiquement, et parfois tout semble rentrer dans l'ordre magiquement (au prix malheureusement d'une bonne dose de souffle et de distorsion). Mais cela donne un aperçu du travail à effectuer pour arriver à ce résultat proprement, en revenant sur le mix. On peut d'ailleurs mettre directement un préamp sur le bus Master d'Ardour pour cela, ou un traitement de dynamique stéréo de son choix, pour avoir à tout moment une sorte d'avant-goût sur le mix.

Le limiteur lui sert à éliminer les dépassements de crêtes avec politesse, en stockant dans un tampon de quelques milli-secondes le signal audio, pour les anticiper. Ainsi, vous devriez obtenir un mix très fort en volume moyen et ne clippant pas, il ne restera alors plus qu'à graver le résultat final.

Notons que la phase de pré-mastering est délicate et nécessite une grande expérience et une chaine audio irréprochable afin d'obtenir des résultats satisfaisant. En home studio, il est assez difficile de réunir ces conditions, d'autant qu'il est généralement recommandé par les professionnels que le mixage et le pré-mastering soit effectué par 2 personnes différentes afin d'avoir une oreille fraiche sur un projet. Dans le cadre d'un projet professionnel, si ces conditions ne sont pas réunies, il est préférable de faire effectuer les mastering par un studio professionnel qui traitera cette phase délicate.

Autres sources d'informations



Divers


[+]

Collaborateur(s) de cette page : olinuxx , anonymous , utilisateur_anonyme , pianolivier , xzu , artcor10 et yanshee .
Page dernièrement modifiée le Vendredi 15 septembre 2017 00:30:27 par olinuxx.
Le contenu de cette page est licencié sous les termes licence.

Documentation [Afficher / Cacher]

Connexion
[Afficher / Cacher]



Mégaphone [Afficher / Cacher]

sub26nico, 10:27, ven. 22 Sep 2017: a voté pur le joute n°1 !
allany, 09:27, ven. 22 Sep 2017: Bonjour, bonjour ! Voter, c'est fait ! [Lien]
ycollet, 21:58, mer. 20 Sep 2017: Un logiciel java sympa autour de csound ... m
olinuxx, 21:08, mer. 20 Sep 2017: Bonjour et bienvenue à raspbeguy ! :-)
r1, 06:28, mer. 20 Sep 2017: A voté ! Les gens viendez voter svp pour la joute N°12 :-) [Lien]
pierrotlo, 20:09, mar. 19 Sep 2017: Ai voté
bluedid29, 15:42, mar. 19 Sep 2017: Sympa pierreotlo ton installation!!! :-)
olinuxx, 15:37, mar. 19 Sep 2017: a voté pour la joute N°12 : [Lien]
pierrotlo, 14:42, mar. 19 Sep 2017: ch'tit video depuis mon téléphone. N'importe quoi avec le séquenceur et un echo ping pong. [Lien]
pierrotlo, 13:45, mar. 19 Sep 2017: En gros si le thème s'y prête faudra que je participe à la joute une fois.
pierrotlo, 13:44, mar. 19 Sep 2017: 6 VCO, 6 LFO, 5 VCF, 8 ADSR, 8 VCA, un filter Bank, un wave shaper, 2 mixer 4 entrées
pierrotlo, 13:39, mar. 19 Sep 2017: Voilà c'est terminé c'te fois. ça fonctionne et même ça fait du bruit. [Lien]