Chargement...
 
[Voir/Cacher menus de gauche]
[Voir/Cacher menus de droite]







Nous allons attaquer le véritable mixage. Certains parmi vous ont sans doute joyeusement sauté directement jusque là en pensant que c'est le véritable point de départ. Vous allez au devant de gros problèmes si c'est le cas....

Pourquoi ? Voici quelques raisons (mais il y en a d'autres) :

  • Si vous atterrissez ici sans avoir fait tout le processus de « familiarisation » avec la chanson, vous risquez de passer des heures à créer le son de batterie le plus puissant du monde avant de découvrir (en ajoutant les autres instruments) que le son de cette chanson est celui d'une ballade « douce » et non d'une ballade « puissante ». Même si vous arrivez a sortir le bon son son parmi tout le reste, le résultat final sera juste MAUVAIS.

  • De la même façon, vous pouvez mixer pratiquement toute la chanson pour vous rendre compte en ajoutant la voix et en écoutant les paroles que votre mixage est n'est absolument pas en accord avec la nature des paroles.

  • Encore pire, vous pouvez arriver à 80 ou 90% du mixage absolument nickel (il ne manque que quelques instruments) avant de réaliser qu'il n'y a aucun moyen d'ajuster le son des derniers instruments avec ce que vous venez de terminer. C'est extrêmement pénible et délicat, vous avez à décider entre insérer de force les derniers éléments à votre mix (en vous sentant coupable tout du long) ou abandonner à quelques heures de la fin pour tout recommencer.

(au cas où vous vous posez la question : j'ai fais ces trois erreurs durant ma carrière et le résultat été désastreux)

Donc, vous connaissez la chanson, vous savez où elle va : mais comment l'y amener ?

C'est relativement simple à expliquer. Vous allez simplement vous faufiler entre les instruments afin d'en affiner le son en s'assurant qu'ils fonctionnent avec chaque autre élément présent dans le mix. Vous allez devoir retourner chaque instrument au moins deux ou trois fois (et souvent plus) à mesure que le mixage se met en place.

Lorsque vous aurez fini, tout devrait sonner comme si c'était une partie d'une même chanson. Et c'est plus dur que ça en à l'air. Il y a forcément au moins une ou deux choses qui vont vous donner l'impression de ne pas s'intégrer du tout au reste.

Dans quel ordre procéder?


C'est à vous de voir, mais vu que le couple batterie/basse est censé être la colonne vertébrale de chaque chanson, avec la voix s'essayant « au dessus » de tout le reste, il est donc logique de construire la chanson en terme de couches musicales. Lorsque vous travaillez sur chaque son, il faut que vous l'écoutiez indépendamment avant de « valider » vos changement en écoutant ce qu'ils donnent par rapport à tout les autres éléments du mix. L'ordre de travail ressemble généralement GROSSIÈREMENT à ceci :

  • Batterie
  • Basse
  • « Nappe » (pad en anglais NdT) principales (claviers, ou guitare rythmique)
  • Solistes (lead) (guitare mélodique, autres claviers etc....)
  • éléments additionnels (salve de cuivres, effets etc...)
  • Voix
  • Chœurs

- Comme je l'ai dit, il va vous falloir tourner autour de la liste ci-dessus plusieurs fois puis :

  • Programmer les moment où les pistes ci-dessus doivent être muettes.
  • Peut-être compresser l'ensemble du mix (allez-y molo).
  • Régler finement les faders.
  • Faire le mixage stéréo.
  • Aller au lit et ne plus toucher à rien.
  • Vérifier l'ensemble le lendemain matin.

Parfois il est possible d'égaliser l'intégralité du mix, mais soyez véritablement très méticuleux si vous le faites lors du mixage. Ça n'est pas une bonne idée. Il est toujours possible d'égaliser la totalité du mix plus tard, après avoir « fait avec » pendant un moment. Du coup, si vous foirez tout, ça n'est pas grave car il vous reste toujours l'original. Si vous faites une mauvaise égalisation du mix stéréo ça peut-être dur à récupérer plus tard. Il vaut mieux laisser ce genre de choses à l'ingénieur de mastering, mais il n'y a rien de mal à faire une petite compression LÉGÈRE (allez-y vraiment molo) lorsque vous couchez le mixage. Une compression très douce affecte également un peu les balances du mixage et certaines personnes préfèrent la faire avant le réglage final -très fin- du niveau des faders.

Regardons maintenant le processus plus dans le détail :

BATTERIE


Voici quelques « ressentis » à garder en tête lorsque vous travaillez sur le son de la batterie

  • Le son de la batterie doit correspondre à la nature de la chanson
  • Le son doit se « solidifier » et sonner comme UN kit. La grosse caisse et la caisse claire doivent sonner comme si il fonctionnaient naturellement comme une paire.
  • Sur un morceau de pop, la batterie doit donner une impression de « solidité » et de « robustesse » et avoir un véritable impact.
  • le timing de la batterie peut être « ample » mais surement pas « négligé » (oui, le son INFLUE notre perception du temps)
  • Le batterie doit sonner de façon suffisamment puissante pour que vous puissiez SENTIR le rythme, sans pour autant dominer le reste de la chanson.
  • La batterie doit être dynamique pendant la chanson ; et pas monotone. Vous pouvez donner cette impression avec de légers mouvements de faders.

BATTERIE : Astuces Stéréos


  • Le placement stéréo PEUT être fait du point de vu du batteur OU du point de vu du public. Choisir le point de vu du batteur (avec une stéréo très large) sonne un peu « bidouille » et irréaliste de nos jours.
  • La grosse caisse et la caisse claire restent en général en plein centre a moins que vous fassiez des trucs de Jazzy avec un balai. Le charleston (hi-hat) est en général à 50% sur l'un des côtés.
  • Les deux toms d'en haut sont en général placés à égale distance de chaque côté du centre et le tom basse bien plus loin sur l'un des côté.
  • Les toms avec une stéréo trop « large » peuvent être agaçants
  • C'est bien d'utiliser au moins 2 cymbales différentes placés à différents endroits de la stéréo.
  • Les cymbales (comme les toms) ne doivent pas êtres trop « larges ». Les placer à 50-75% d'un côté ou de l'autre et suffisant.
  • Si des pistes d' « ambiances » ont été enregistrées assurez-vous qu'elles ne disparaissent pas lorsque vous écoutez le mix en mono. Si c'est le cas, alors recentrez-les en stéréo
  • La reverb sur la grosse caisse ou la caisse claire fonctionne bien si l'UN d'entre eux est en mono (ça donne un effet d ' « ouvertures/fermetures » alternatives sur l'image stéréo1). Il suffit d'écouter différentes chansons pop pour vous rendre compte à quel point les gens expérimentent souvent avec ça.
  • Si vous voulez utiliser des choses comme des noise-gates (littéralement « portes-de-bruit » NdT) sur les toms, assurez-vous que ça n'altère pas l'image stéréo de l'ensemble du kit, lorsque l'effet s'«ouvre» et se « ferme ».
  • Selon la façon dont la piste des cymbales a été traitée, elle peuvent parfois agir comme une deuxième piste « d'ambiance » (si il y en avait une). Si c'est le cas, utilisez des égaliseurs (EQ) basses fréquences pour contrôler la balance cymbale/ambiance.

BATTERIE: Astuces sonores


  • Les grosses caisses (surtout les vraies) sont souvent un problème et manquent d'impact. La première chose à essayer, consiste à utiliser un EQ pour couper un peu dans le bas du spectre et augmenter le volume. Cette opération va permettre à la grosse caisse de « respirer » plus facilement. Ensuite essayez de d'augmenter l'EQ aux alentours de 3-4kHz (ça à tendance à marcher mieux si l'EQ a des bandes de fréquences plutôt étroites).
  • Si la grosse caisse n'est pas constante, utilisez un compresseur pour équilibrer les niveaux de sortie. Essayez d'utiliser une compression EXTRÊME avec une attaque lente. Ça peut rajouter un thwack! D'enfer sur la grosse caisse. Surveillez votre niveau principal si vous faites ça, et préparez vous à rajouter un limiter sur l'ensemble du mix si c'est nécessaire. Ce genre de compression sur la grosse caisse marche souvent mieux AVANT l'EQ (ce qui n'est pas habituel pour un compresseur).
  • Si vous utilisez une grosse caisse analogique ou échantillonnée (c'est à dire : pas une vraie batterie avec un vrai batteur), vous pouvez ajouter une mesure de réverb TRÈS COURTE afin d'apporter un peu d' « air » à la grosse caisse sans compromettre la puissance.
  • Sur un morceau de pop, la grosse caisse devrait être ressentie comme si elle vous frappait physiquement entre vos pieds et votre poitrine (selon le style de musique). Sur un morceau de Drum'n'Bass, cela se ressent entre l'aine et les pied alors que pour le rock c'est d'avantage dans la région de la poitrine et de l'estomac.
  • Il y a un autre petit tour qui vaut la peine d'être essayer qui consiste à utiliser un délai court. Et je dis bien VRAIMENT court, ici! Je ne parle pas de 20-30ms, sûrement pas... mais de descendre jusqu'à une fourchette de 5,4,3,2,1 ms. Cela produit un effet de « filtre en peigne » (comb-filter) qui va filtrer un peu de l'extrémité basse du spectre tout en renforçant l'extrémité haute. Tentez une infime quantité de feedback (essayez du feedback positif et négatif si votre delay le permet). Pour être plus clair : on n'utilise pas le délai de façon traditionnelle ici, mais comme une espèce d' « EQ bizarre » sur la grosse caisse. Cette technique est parfois imprévisible, ça va dépendre du son d'origine. Essayez là de temps en temps pour voir ce que ça donne.


  • Les caisses claires sont connues pour être problématiques. La plupart des astuces qui marchent sur la grosse caisse sont efficaces ici aussi, néanmoins, il faut souvent mieux AJOUTER des basses fréquences plutôt que d'en enlever.
  • Ajouter des basses et des aiguës rend la caisse claire bien plus « agressive » que la méthode « théoriquement correcte » qui consiste à creuser les médiums. Cette dernière méthode tend à rendre le son trop doux, trop mielleux et trop étriqué
  • Les caisses claires s'accommodent bien avec une bonne quantité de réverb courte associée avec un niveau raisonnable d'une réverb longue.
  • La caisse claire d'un morceau pop doit être ressentie comme un coup au visage descendant vers la poitrine. Pour une piste de Drum'n'Bass, elle doit sonner physiquement plus haute (en trois dimension) que sur un morceau de rock.


  • Les toms ont en général besoin qu'on leur réduise un peu le bas du spectre, ça donne plus d'espace et d'impact a sa partie supérieur.
  • Si vous avez a faire à un enregistrement d'une vraie batterie, évitez de trop rajouter d’aiguës, parce que ça peut vraiment saloper les cymbales et le charleston. La meilleure approche consiste à réduire les basses en renforçant un peu des hauts-médiums.
  • La réverb sur les toms devrait être à peu près la même que celle de la caisse claire, sauf qu'il faut un peu plus insister sur la réverbération longue.


  • Le charleston et les cymbales, contrairement au reste de la batterie, fonctionne mieux avec des EQ soustractifs plutôt qu'additifs. En d'autres termes, pour avoir un beau son bien « brillant » n'augmentez PAS le haut du spectre. Au lieu de ça, supprimez un peu des basses et creusez une bonne partie des médiums. Rajouter des aiguës (même pour des morceaux de rock bruyants) rend souvent les cymbales bien trop agressives, trop étriquées...ça exagère la dynamique des cymbales et ça rajoute souvent une espèce de distraction peu musicale qui nous distrait du reste du mixage.
  • Si les cymbales sont trop « courtes » vous pouvez utiliser de longues réverbération. Néanmoins, ça marche mal avec de vrais batteries parce qu'elle à tendance en flouter les autres éléments du kit en « débordant » naturellement sur eux.

BATTERIE : EXAMEN DU SON


Vous le saurez lorsque la batterie sera correcte - du moins en bonne voie. Il doit être possible d'écouter juste la batterie du début à la fin et que l'ensemble de la performance soit solide, avec un son excellent et émotionnellement puissant (même dans une chanson calme). Tout les éléments de la batterie doivent sonner comme si ils travaillaient ensemble au même ouvrage mais chacun d'entre eux devrait être assez détaillé pour que vous puissiez le sortir du mix et le repérer sur l'image stéréo. Chaque tambour ou cymbale doit avoir un son tranchant comme une lame de rasoir dans son détail et sa position (ça ne veux pas nécessairement dire « brillant »).

Ce que vous devait essayer d'ÉVITER, c'est que la batterie se répande telle une gelée informe en stéréo. Cela arrive souvent avec les vraie batteries à cause des « fuites » entres les micros. Néanmoins, en utilisant habilement les EQ sur les micros de la batterie il est possible d'avoir un son détaillé et très bien contrôlé, sans compromettre intégrité sonore de l'ensemble.
Avec les boites-à rythmes et les samples, le défi est d'obtenir in kit homogène où chaque instrument a été assemblé pour fonctionner comme un tout. Les artisans qui fabriquent les batteries passent des années à apprendre leur métier afin que les éléments de leurs batteries sonnent bien ensemble. Gardez a l'esprit que ça nécessite des compétences et de la pratique pour créer un kit homogène a partir d'un tas de sample.

BASSE


Dans un morceau de pop les parties de basse et de batterie doivent travailler ensemble et sonner pratiquement comme si les deux instruments étaient joués par la même personne au même moment. En particulier, il faut que la basse et la grosse caisse soient « verrouillées » ensemble pour former la pulsation du morceau. Les mauvais bassistes qui jouent des lignes mélodiques trop compliquées finissent souvent par ne plus être synchrone avec la grosse caisse, la puissance et l'impact de l'ensemble en pâtit lorsque c'est le cas.

BASSE : Astuces Stéréo


  • Dans la plupart des morceaux de pop, la meilleure option est le mono calé en plein centre.
  • Un petit peu de réverb courte peut aider mais elle peut éclabousser l'image de la basse et donner une impression d' « instabilité stéréo ». N'oubliez pas que vous VOULEZ qu'elle soit étroitement « verrouillée » a la grosse caisse
  • Dans les ballades rocks, un CHORUS stéréo peut apporter à la basse un son incroyablement ample et vibrant. Dans ce cas, le fait de flouter l'image stéréo accentue la nature onirique d'une chanson d'amour, et peu faire sonner basse normale comme une frettless (sans frettes NdT)
  • Si il y a trop de stéréo sur la basse, votre mix peut devenir difficile a graver sur un vynil (ce qui est important pour les morceaux destinés a être joués forts dans les clubs), et peut causer de sérieux dommages aux onéreuses têtes de gravures. Les ingénieurs expérimentés ont l'habitude d'utiliser un « filtre elliptique » pour « mono-ïser » la basse afin d'éviter ce genre de problèmes en laissant aux harmoniques supérieurs le soin de restituer l'impression d'une basse « large ». Néanmoins, bien que les machines de gravure modernes n'aient plus trop ce problème, trop de basse en stéréo peut quand même faire sauter le disque à la relecture -Surtout avec les 33 tours a gravés à fort volume.
  • Trop de basses fréquences à trop fort volume ont pour effet de manger de grignoter un espace précieux dans votre mix et ainsi de limiter le volume « maximum » auquel votre morceau pourra être mixé. Dans certains cas cela peut être bien (comme pour le reggae ou la Drum n'Bass), mais dans le cas de la pop, cela peut littéralement « affaiblir » tout le reste du mix (y compris le chant principal). De plus, cela rend la compression difficile a appliquer à moins d'utiliser des compresseurs multibandes sophistiqués ou de l'égalisation en « side-chain » pour éviter des « effets de modulations » (qui pompe l'intégralité du mix a cause d'une basse trop forte).



BASSE : Astuces Sonores


  • Comme pour la grosse caisse beaucoup -si ce n'est la plupart- des parties de basses fonctionnent mieux si l'on COUPE les basses fréquence de l'EQ et NON en les amplifiants comme certains pourraient le croire. Une fois remise dans le contexte mix dans son ensemble, le déséquilibre avec les harmoniques supérieurs causées par la suppression des basses fréquences peut rendre le son plus puissant et non l'inverse comme vous devez le penser.
  • Les basses (guitares ET claviers) font parfois beaucoup de bruits. Vous pouvez généralement supprimer un bon paquet de la partie supérieur du spectre afin de vous débarrasser des sifflements sans affecter le son outre-mesures.
  • Certains morceaux ont deux parties de basse (peut-être un synthétiseur et une guitare basse). Soyez conscient que ça peut-être problématique d'arriver les faire travailler ensemble et l'une d'entre elle devrait peut-être avoir la « part du lion » des basses-fréquences au dépends de l'autre. Néanmoins, c'est difficile de généraliser là-dessus car c'est ambitieux et assez inhabituel. Il n'y a pas grand chose d'autre à dire à part que c'est pas évident, et qu'il vous faudra expérimenter un bon moment.
  • Les parties de basses ont très souvent (pratiquement tout le temps) besoin d'un peu de compression afin de conserver une énergie égale et soutenue durant tout le morceau. Autrement, les petites imperfections dans le jeu de basse donneront l'impression de laisser des « trous » dans le morceau.
  • Comme pour la grosse caisse, les parties de basse peuvent souvent devenir plus percutantes avec l'aide d'une bonne dose de compression avec une attaque (Attack) lente et une restitution (release) rapide.
  • Si vous utilisez un compresseur, ne paramétrez pas une restitution (release) trop rapide, sinon il va restituer un truc bancal bizarre en essayant de suivre la forme d'onde de la basse au lieu de son amplitude
  • Si la basse est particulièrement molle a côté de la grosse caisse, il y a une astuce étrange qu'on utilise souvent : essayez de mettre la basse au travers d'un noise-gate (peu-importe le type) et ajustez l'ouverture de l'effet sur la GROSSE CAISSE en utilisant la side-chain du noise-gate pour que la grosse caisse « aspire » la basse. Utilisez le paramètre de « réduction du gain » (gain reduction » pour contrôler la quantité d' « aspiration ». Si ce contrôle est absent, il suffit de mixer la basse originale avec la passe passant au travers de l'effet. C'est plutôt dégueulasse et extrême, mais ce tout bien connu à sauvé bien des mixes.

BASSE : Examen du son.


Le son de la basse est bon lorsqu'il donne l'impression d'être robuste et solide tout en soutenant le reste du morceau. Il doit intensifier la batterie tout en rajoutant un sacré « plus » au reste du morceau. Il doit être distinct du son de la grosse caisse, mais pas au point que les deux ne semble plus faire travailler tel une paire. Comme pour la grosse caisse il s'agit plus ici de la façon dont le son se « ressent » plutôt que de la façon dont il sonne, c'est pourquoi vous n'aurez jamais un bon son de basse en travaillant avec des écouteurs (sauf par accident) car la basse doit être ressentie de la poitrine jusqu'aux genoux (parfois même jusqu'aux pieds!).

A la fin de votre travail, la basse et la batterie devraient jouer comme « un seul » instrument.

Résumé des parties précédentes :



Nous avons regardé les bases pour démarrer un mixage « digne de ce nom » (c'est à dire, du genre à prendre plusieurs heures). Nous avons mis à l'épreuve la nécessité de vous familiariser complètement avec le morceau avant même de penser à commencer un mix correct. Enfin nous avons parlé des bases destinés à mettre en place la batterie et la basse pour qu'elles tournent sans encombre. Je suis certain que vous brûlez d'envie d'attaquer le reste du mixage, mais avant de s'y pencher, je souhaiterais aborder un sujet important qui concerne essentiellement les « vraies » batteries : j'ai nommé les noise-gates.

Bien que vous puissiez appliquer des noise-gates a la batterie plus tard dans le mixage, cela risque de « déséquilibrer » le travail que vous avez fait jusqu'à maintenant. Du coup, si vous voulez utiliser des noise-gates sur la batterie, il vaut mieux que vous fassiez ça au tout début, avant d'avoir commencé à rajouter trop de choses.


Avertissementattention
Ce texte est, contrairement à la majorité des pages de documentation de linuxmao, sous une licence CC-BY-NC-ND. L'original (en anglais) se trouve à l'adresse : http://www.audiomelody.com/articles/how-to-mix-a-pop-song-from-scratch/ Image et a été écrit par Jeremy "Jezar" Wakefield également connu pour être le créateur de la Freeverb. Il a en outre, travaillé en tant qu'ingénieur du son dans de grands studios.






[+]

Documentation [Afficher / Cacher]

Connexion
[Afficher / Cacher]



Mégaphone [Afficher / Cacher]

sub26nico, 10:08, mar. 12 Nov 2019: Salut et bienvenue à Jacques Prat :-)
sub26nico, 22:51, ven. 08 Nov 2019: Salut et bienvenue à Lionel Bonnarde :-)
lila, 17:04, ven. 08 Nov 2019: Bonjour, j'ai bien eu vos messages, je dois partir en WE, je vous recontacte à mon retour et je vous dis tout ;D
olinuxx, 12:15, ven. 08 Nov 2019: Bonjour et bienvenue à lila et Airelle cool Lila, j'appuie le conseil d'allany wink
allany, 07:32, ven. 08 Nov 2019: @lila : tu obtiendras davantage de réponses à ta question si tu postes dans le forum adéquat...
lila, 18:02, jeu. 07 Nov 2019: Bonjour, je suis donneur de voix et je veux faire évoluer mes enregistrements vers plus de qualité. Je voudrais savoir si la carte son audient id14 fonctionne sous linux. Je suis sur ubuntu
sub26nico, 00:51, jeu. 07 Nov 2019: Salutet bienvenue à chrisbernay et VCTRMRTNS :-)
allany, 18:17, mar. 05 Nov 2019: Avant Noël, cadeau l'édito !!! [Lien]
olinuxx, 11:32, mar. 05 Nov 2019: Bonjour et bienvenue à kingkhan cool
louiesauvage, 10:48, mar. 05 Nov 2019: pédalier nux cerberus non reconnu en usb besoin de changer IR
r1, 09:49, mar. 05 Nov 2019: @samuel : c'est gentil mais pourquoi ne pas utiliser le formulaire adéquate ?
Samuel, 07:29, mar. 05 Nov 2019: Nouvelle version de beast. Avec support jack.