Chargement...
 
[Voir/Cacher menus de gauche]
[Voir/Cacher menus de droite]






traduction brute terminée, en attente d'affinage : ardoisebleue 23 10 2018



Si certaines pistes ont plus d’une partie instrumentale (le «partage de piste» est une pratique courante si le nombre de pistes que vous possédez est limité), il est alors fort probable que les différentes parties aient besoin de niveaux différents d'égalisation et autres effets. (Bien que si vous avez lu mon article sur le réglage des niveaux d’enregistrement, vous saurez que je suis partisan d’enregistrer plusieurs éléments de la même piste à leur niveau relatif correct, il sera beaucoup plus facile d’effectuer un «contrôle du mixage» approximatif pendant la production).

Afin de ? trier, répartir, séparer ? différentes parties d'une même piste, vous avez deux options. Vous pouvez soit :
  • Automatiser votre table de mixage afin que les réglages corrects «entrent» dans la partie droite du morceau.
  • Dupliquer la piste et utiliser différents réglages avec la même piste passant par deux canaux différents.
Sur un système analogique conventionnel, la deuxième option est simple: il vous suffit d'utiliser un cordon de raccordement pour connecter la piste à deux canaux différents à la fois. Sur certains systèmes logiciels haut de gamme, vous pouvez également le faire (commande interne au logiciel), mais pas ce n'est pas systématique. Sur certains systèmes PC, vous devrez peut-être dupliquer la piste pour la faire apparaître sur deux canaux de mixage différents.

La deuxième option est de loin la plus simple en termes de temps de travail à produire. Même si «automatiser» le même canal pour qu'il modifie soudainement les réglages de la partie pertinente de la chanson semble «intelligent» et «net» et donc attrayant, il est chronophage et peut être difficile. En plaçant le même son sur deux canaux différents, vous pouvez jouer manuellement, sans automatisation, à votre guise, ce qui est beaucoup plus facile, la seule automatisation dont vous devez vous soucier est le «mute» automatisé qui bascule d’un canal à l’autre aux différentes parties de la chanson.
Sur un système entièrement basé sur un PC, la première option est préférable, car elle permet une utilisation plus efficace des ressources de votre CPU, car chaque piste ou canal supplémentaire tend à consommer plus de puissance. Une solution de contournement à ce problème de consommation d’énergie du processeur pourrait consister à «restituer» les paramètres des deux parties et à les mélanger sur une seule piste, en sauvegardant les originaux au cas où vous en auriez besoin à l’avenir.







L’essentiel lors de l’ajout des éléments principaux est de ne pas adopter une approche injonctive qui respecterait aveuglément les «règles» qui sont décrites plus haut. Vous devez vous assurer de bien comprendre ce que chacune des parties expose et comment elles interagissent les unes avec les autres. Cela vous aidera à définir à la fois le son et le positionnement stéréo. Utilisez vos oreilles et employez les commandes, uniquement, si vous pensez avoir mal agi ou si vous souhaitez appliquer les paramètres d'une session ultérieure ; Souvenez-vous qu'il n'y a pas de règles, et que ce qui compte, après tout, c’est uniquement la manière dont l'enregistrement sonne qui importe, et non la théorie sur la façon de faire. Et surtout rappelez-vous que les commentaires ci-dessus ne sont que des suggestions et conseils utiles, alors n'hésitez pas à les contester et les contredire.

Vous avez peut-être des approches totalement différentes, alors n'hésitez pas à expérimenter autant que vous le souhaitez. Rappelez-vous cependant que, à mesure que le temps passe, vos oreilles seront de plus en plus fatiguées et vous serez moins en mesure de prendre des décisions judicieuses. Travaillez aussi vite que vous le pouvez et ne passez pas trop de temps sur un instrument en particulier, vous risqueriez d'être entraîner vers une dépressionbiggrin.

En outre, n’ayez pas peur d’utiliser une forte compression sur certaines des parties principales si vous pensez que cela semble nécessaire. J’ai souvent été étonné par le niveau de compression dont certaines parties ont besoin mais pas dans le son général du mixage, où une compression importante n’est souvent pas particulièrement perceptible (contrairement à la «compression finale» qui est très audible si elle est excessive). Assurez-vous toutefois que le compresseur n'agit pas en permanence, sinon vous n’en tirerez pas le meilleur parti. Sur les parties les plus "calmes" d’une exécution, la «réduction de gain» ne doit pas apparaître ou très peu ( Si le compresseur a un vu-mètre de «réduction de gain» c’est évidemment très utile ). Si les voyants de «réduction de gain» sont toujours allumés, le réglage de la commande «Seuil» est certainement trop bas - À moins que vous utilisiez délibérément le compresseur pour ajouter du «punch», auquel cas c'est excusable. Sinon, un compresseur dont le seuil est réglé trop bas commence à agir de plus en plus comme une simple commande de volume et c'est perdre son temps.





Il n’est pas nécessaire d’ajouter des percussions après les parties principales, il est parfois logique de le faire avant, lorsque vous avez la batterie, la basse et toutes les parties de pad en place. Cela dépend de la chanson. Personnellement, j'aime souvent jouer de la percussion plus tard dans le mixage, car vous pouvez avoir une meilleure perspective de ce que la percussion ajoute réellement de ce mixage. Cela vous donne également une pause après avoir joué de la batterie et de la basse, ce qui a probablement déjà heurté vos oreilles.

Les directives sont similaires aux parties principales. Écoutez ce que chaque partie «exprime» et cela vous aidera à réaliser vos positionnement stéréo. Certaines choses feront presque partie de la batterie (comme les cabasas, les tambourins et les maracas, qui fonctionnent souvent conjointement avec la charleston). D'autres éléments sont bien distincts (comme les timbales) et ne doivent être présents qu'en de très courtes périodes, avant qu'ils ne deviennent ennuyeux.
Il n’est pas nécessaire d’utiliser toutes les percussions lors du mixage, en fait, il est généralement préférable de ne pas le faire.
La raison en est que lors de l'enregistrement, les percussionnistes ont tendance à être trop généreux. Ils ont mis beaucoup de "au cas où" sur le motif qu'il pourra toujours être supprimé du mixage. C'est une raison valable, alors gardez cela à l’esprit et envisagez d’utiliser des sourdines automatiques sur le système de mixage pour importer les percussions dans des sections particulières qui nécessitent un peu plus de «couleur».
Lors de l’équilibrage des percussions, rappelez-vous que si vous souhaitez obtenir davantage de graves, le fait d’enlever les graves et les médiums vous donnera un son plus doux et plus lisse que de simplement monter l’égalisation dans les hautes fréquences. Ce n’est pas que l’un soit nécessairement meilleur que l’autre, seulement, ils produisent des résultats différents.

Par exemple, les éléments tout au long de la chanson, tels que les congas, les cabasas, les maracas, etc., répondent normalement à un égaliseur soustractif ( suppression des basses et médiums, plutôt que d’augmenter les aigus ) pour un son plus doux, sinon ils fatiguelecture - passant parfois un temps considérable sur un segment de dix ou vingt secondes, déplaçant apparemment tout ce qui se passe dans une «vague mexicaine» continue de mouvements de fondus.
nt l'auditeur ; Mais les choses qui ne sont que brièvement utilisées, telles que les timbales, bénéficient de l'effet "coup de tonnerre" supplémentaire que procure un important battement de tambour à lui seul. De plus, dans le cas particulier où un élément renforce un battement de tambour important, comme un tambourin battant au rythme de la caisse claire dont le son peut tirer parti de l’énergie supplémentaire fournie par l’amplification des aigus et le différencier du tambour.
De manière générale, pour la plupart des percussions, il n’est pas du tout inhabituel d’avoir à enlever un minimum de graves afin que la percussion «coupe» le mixage. Les bongos et les congas, peu importe la qualité de l'enregistrement, ont généralement besoin d'être "éclaircis" pour être entendus correctement dans un mixage pop très chargé.

Notre vieille amie, la "petite" réverbération, est particulièrement importante lorsque vous mixez des percussions. Pour obtenir un effet vraiment spectaculaire, essayez d'être généreux avec la petite réverbération et essayez de faire sonner les percussions comme si elles étaient «en dehors» du cadre du reste du mixage, de manière à ce que le son retentisse plus loin, plus fort et enveloppez le reste du mixage, au lieu d’être au milieu (à moins bien sûr que vous essayiez d’obtenir un son disco des années 70, auquel cas, laissez la percussion assez sèche). Si vous réalisez cette «largeur d'espace» en utilisant une réverbération courte, c'est souvent plus efficace s'il n'est utilisé que sur certaines parties du mixage (comme une pause de percussion) sinon, tout au long de la durée de la piste, cela peut devenir lassant pour les oreilles et perturber le reste du mixage.

Équilibrer les niveaux de percussion est une tâche délicate. Il est préférable de le faire à des niveaux assez bas avec de petites enceintes de contrôle, sinon vous risquez d'oublier une chose lors du mixage final, comme un handclap ou un tambourin.





  • Ironiquement, après tous les efforts que vous avez déployés jusqu'à présent, il existe une «partie» musicale qui, si vous la ratez, provoque le naufrage.
Tout le temps et l’argent consacrés au reste est de l’argent perdu si vous ne parvenez pas à bien chanter.redface
Alors, quels sont vos objectifs?
  • Premièrement, vous essayez de faire en sorte que ce que dit le chanteur soit audible. Je ne veux pas simplement dire entendu physiquement, mais aussi émotionnellement. Cela a un impact considérable sur le genre d'action que vous voudrez réaliser avec la voix principale dans le cadre du processus de mixage.
  • Deuxièmement, vous devez adapter la voix à tout ce sur quoi vous avez travaillé ces dernières heures. J'espère que si vous avez suivi cet article jusqu'à présent, vous vous souviendrez que tout est mixé avec au moins un peu de tout ce qui est présent. Vous auriez donc dû entendre la voix, au moins dans une certaine mesure, tout au long du mixage jusqu’à maintenant. Si ce n’est pas le cas, vous risquez d’avoir une très mauvaise surprise lorsque vous réaliserez le fondu. Cela peut sembler, sur le plan sonore, très différent de tout le reste, et vous vous rendrez compte qu'il reste beaucoup à faire pour que le son fusionne avec tout le reste.

Mais la voix maîtresse ne devrait-elle pas être "pure"? Ne devrait-elle pas être non affecté, non compressé, sans égalisation, avec juste un peu de réverbération spécialement préparée?
Eh bien, essayez ça pour commencer. Cela peut fonctionner. Si oui, eh bien… confused c'était facile… sautez le reste de cette section!
Selon toute vraisemblance, ce ne sera pas le cas. Si vous avez fait du bon travail de mixage jusqu’à présent, alors tout devrait sembler très imposant et brillant, et la voix ne sonnera probablement pas aussi saisissante que tout le reste.
Il y a tant de façons différentes d'aborder la voix principale qu'un livre entier pourrait être écrit sur le sujet. Mais voici quand même quelques conseils:
  • Pensez à utiliser une réverbération différente pour la voix que celle que vous avez utilisée sur la piste. Normalement, la réverbération sur la voix bénéficie de beaucoup moins d’atténuation que la réverbération à usage général et, si vous le pouvez, essayez de supprimer les basses fréquences du retour ou de l'envoi de réverbération. Tant la voix, que sa réverbération doivent être clairement audibles avant tout le mixage, sans être trop fortes. Un pré-délai généreux sur la réverbération vocale est souvent très efficace, car il donne l'impression que la réverbération est réfléchie par le fond d'un auditorium, une montagne ou un canyon. Veillez à ne pas exagérer la réverbération vocale, car elle peut sembler surfaite ou tout simplement lassante aux oreilles.
  • Vous devrez peut-être un peu «éclaircir» la voix et ajouter un peu d'aigu augmenter légèrement sa brillance. Vous devrez peut-être aussi utiliser un dé-esseur pour contrecarrer les effets de cet égaliseur. Vous pouvez plutôt utiliser un effet de processeur Aural Exciter pour ajouter plus de fréquences sans faire de sibilance, ou essayer de jouer la voix avec un encodeur Dolby (comme si elle était en cours d’enregistrement), ce qui la rendrait plus lumineuse. «Désactiver les Dolbies» lors de la lecture était une technique standard pour les voix principale et les chœurs secondaire à l'époque de l'enregistrement analogique.
  • Si la voix a besoin de compression, attendez-vous à y passer pas mal de temps. La voix principale expose à une compression médiocre, ce qui peut prendre beaucoup de temps avant de définir correctement les paramètres. Vous essayez d’obtenir la «présence» vocale pendant toute la durée de la chanson, sans que celle-ci ne semble écrasée ou limitée. La voix devrait (normalement), avoir un son spacieux et ouvert et pouvoir se déplacer librement. Une voix sur-compressée semble réellement claustrophobe! (naturellement, cela peut parfois être intentionnel). Mais, cependant, vous pourriez avoir besoin de «développer» une voix mal enregistrée et sur-compressée afin de lui redonner un peu de «vie». Si vous pensez que la configuration d’un compresseur est complexe, essayez de configurer un expandeur pour corriger une voix principale trop comprimée! Croyez-moi, vous ne voudrez pas trop compresser un chant principal lorsque vous en enregistrerez un après cette expérience!
  • J'utilise souvent le chorus sur la voix principale. Quoi? Est-ce légal? Eh bien oui. Je ne parle pas de submerger la voix, ni de faire sonner comme si elle avait été doublée, je parle juste de la plus petite quantité possible de chorus très lent à un niveau très bas. Le niveau doit être si bas que l'effet de chorus lui-même est inaudible. Au lieu de cela, l’effet est que les aigus sonnent amplement et que la voix est «volumineuse» et plus puissante cela donne un effet difficile à décrire. Vous devez l'essayer pour comprendre ce que je veux dire. Juste très, très faible chorus sur des réglages très subtils, et même... à peine.
  • Parfois, l’utilisation d’un égaliseur «à l’ancienne» tel que «Pultec» ou un autre égaliseur de type à valve peut vous permettre de modifier le son de la voix sans donner l’illusion qu’il a été délibérément égalisé. Je connais personnellement un “sauvetage” Pultec, un mélange qui semblait voué à l'échec parce que la voix ne cadrait pas avec le reste de la piste, peu importe ce qui était fait, mais deux minutes avec un Pultec et la voix était parfaite. Ce n'est pas une garantie cependant.
  • En règle générale, utilisez uniquement les effets et les processeurs de la plus haute qualité sur la voix. Si vous les avez déjà utilisés pendant le mixage, envisagez de les récupérer à des fins vocales et de retravailler l’autre instrument avec une unité d’effet de rechange inutilisée et moins chère.
  • Utiliser un délai avec des retours assez généreux, soit sur le temps soit en triolets, peut être très efficace sur un chant. Souvent, cela fonctionne bien tout au long de la piste. À d'autres moments, c'est d'un meilleur effet lorsque vous "chutez" occasionnellement des mots à la fin de phrases particulières. Soyez prudent en faisant cela, sinon vous risquez de tourner trop «ringard».
  • Effectuez une dernière vérification du son de la voix et assurez-vous qu’il n’apparaît pas trop «affecté». L'oreille humaine est particulièrement sensible aux voix (nous entendons la voix humaine chaque jour plus que tout autre son), et les parties vocales peuvent révéler très facilement un traitement médiocre ou un mauvais choix d'effets. Lorsque cela se produit, la voix semble “s'émietter” et sonne minuscule ( même sur un système analogique! ).
  • Les niveaux vocaux doivent être définis en contrôlant avec le moniteur à un niveau très bas, assurez-vous que les paroles sont clairement audibles à tous les niveaux.






Les chœurs doivent se faire entendre en un bloc étroitement contrôlé et en harmonies parfaites. Normalement, ce qui est enregistré n’a rien de tel.
Alors, comment les réparer?

Premièrement, en supposant que vous ayez des harmonies de fond individuelles enregistrées sur des pistes séparées, la première chose à faire est de les mélanger pour que les harmonies créent un effet agréable. Pour ce faire, vous avez besoin d’une oreille «musicale». Essayez donc jusqu’à ce que vous obteniez un résultat permettant de produire un son «corde» agréable. Les écouter en groupe, sans autre élément, est (contrairement à d’autres parties) le meilleur moyen de commencer. Faites-en un petit mixage stéréo, avec une réverbération sur chacune des parties. En effet, certaines harmonies au sein du groupe peuvent nécessiter plus de réverbération que d’autres. Vous pourriez ajouter des "petites" réverbérations autant que nécessaire pour leur donner un peu d'espace distinct, mais souvent ce n’est pas une bonne idée car vous essayez de les amener à se fondre en une seule masse harmonieuse, et non à ressembler à un ensemble de personnes. La «diffusion» spatiale que vous essayez de leur donner en stéréo est bien plus liée à la création d’un son «bloc» agréable qu'à la séparation des parties d’harmonie.

Normalement, les niveaux des chœurs ne vont pas ensemble. Alors comprimez-les à mort! Oui, c’est acceptable de le faire sur une piste pop. N'hésitez pas à devenir fousanta. Les chœurs sont généralement assez bas dans le mixage et la compression ne sera donc pas perceptible, ou améliorera même le son! Vous voulez qu'ils soient un bloc stable avec peu ou pas de dynamique. S'ils ont besoin de dynamique, il est préférable (contrairement aux autres instruments) de les compresser individuellement, de manière à ce qu'ils s'emboîtent correctement, et d'ajouter toute dynamique à la main à l'aide de mouvements de faders automatisés sur l'ensemble des voix stéréo.

Si les chœurs ne donnent pas assez de densité vocale, ou tout semblent discordants (problème courant), leur ajouter un peu de chorus est souvent une bonne idée. Si vous avez un chorus «true stereo», essayez de régler le retour du chorus (ou de l’envoyer) de manière à ce qu’il soit inversé, c’est-à-dire que les parties situées à gauche ont un son traité à droite et inversement. Cela crée un joli son stéréo pour les chœurs sans trop "séparer" les interprètes. Vérifiez-les en mono pour vous assurer que vous n’avez pas ajouté trop de chorus (vous ne voulez normalement pas qu’ils soient “effacés”), et vérifier que vous obtenez toujours un joli son “en accord” sur les chœurs lorsque le mixage est joué en mono.

Pour les densifier un peu plus, essayez d’utiliser un effet «Exciter» tel que l’Aphex Aural Exciter ou essayez l’encodage Dolby, ou ajoutez tout simplement une point d'aigu (12 kHz), en utilisant un dé-esseur si nécessaire pour supprimer tout présence de sibilance.
Enfin, envisagez de compresser le mixage stéréo des chœurs dans son ensemble. Encore plus de compression !! Suis-je devenu complètement fou ?? Pas du tout. Compresser le groupe a un effet différent de celui de la compression individuelle, et les deux sont souvent nécessaires pour obtenir ce «son de mur de briques» qui donne un son de chœur pop spectaculaire.
Si vous utilisez un système basé sur PC, vous devrez peut-être maintenant «traiter» le mixage vocal en arrière-plan afin de préserver la vie à votre processeur!
Si les chœurs sont déjà «pré-mixés» en stéréo, vous devrez espérer qu’ils ont été combinés à l’aide des techniques décrites ci-dessus ou essayez d’ajouter : chorus inversé, EQ, Exciter, compression, etc... à la piste stéréo dans son ensemble et voir si cela aide. Lorsque vous travaillez avec un ensemble de chœurs stéréo «pré-mixés», vous devrez souvent utiliser un correcteur d’égalisation de médium avec une bande passante étroite au milieu des plages de notes des harmonies, pour «faire ressortir» ou «supprimer» les parties d’harmonie qui n'ont pas été correctement mélangé.
Quoi? Vous vous attendiez à ce qu'une petite chose comme les chœurs soit facile ? smile






À ce stade, vous devriez avoir un mixage presque excellent, certainement beaucoup mieux que ce que vous aviez entendu sur la piste auparavant. Cependant, il est probable qu'à certains moments de la chanson, le mélange d'instruments se déséquilibre légèrement. Ça vaut la peine de s’asseoir un peu pour la pause maintenant (Un peu de thé et de biscuit à tout le monde?) et d’écouter le mixage de préférence sur des enceintes plus petites et à un volume beaucoup plus faible. Personnellement, si je prends une telle petite pause, j'aime m'asseoir dans une partie différente de la pièce (peut-être le canapé derrière) et écouter à un niveau très, très calme, et tenter de ne presque pas écouter ; Peut-être même d'écouter à l'extérieur du studio avec la porte fermée! (Je ne suis pas le seul à le faire), cela vous donnera un autre point de vue, et chacun de nous, après tout, avons l'habitude d'entendre la musique provennant de la chambre de quelqu'un d’autre ayant la porte fermée.
Je note ensuite ce qui se passe.
Écouter à bas niveaux ouvre toujours les yeux (il faut aussi ouvrir les oreilles). Pour certaines raisons,
Bien que vous ne puissiez pas entendre le détail des sons individuels particulièrement à bas niveau,
vous pourrez certainement entendre des déséquilibres de niveau avec une acuité surprenante.
Cela ne veut pas dire d'éviter d'écouter sur les «grandes» enceintes si le studio en est équipé. Les moniteurs de studio principaux sont très coûteux (50 000$ est le prix habituel à payer pour une paire de moniteurs principaux), en partie à cause de la qualité et de l’attention portée à la qualité des sons qu'ils reproduisent, donc les moniteurs principaux sont parfaits pour vous assurer que vous avez vraiment extrait le "détail" du son et trié les sources sonores en conflit, en particulier dans la région basse-moyenne à basse. Le son des basses sonne toujours assez bien sur les petites enceintes. Veillez donc à écouter sur les moniteurs principaux pour entendre le désordre qui se déroule vraiment dessous. C'est particulièrement important si le disque est joué dans des clubs et des bars.
Si vous n'avez pas de moniteurs principaux à votre disposition, alors le mieux que vous puissiez faire est d’écouter raisonnablement fort afin d’entendre (et de ressentir) correctement le grave du mixage, et ensuite, ramenez les moniteurs à un niveau plus raisonnable le plus rapidement possible. Si vous écoutez longuement trop fort vos oreilles se fatigueront rapidement et risquent me d'être endommagées à long terme.

Dans la plupart des studios, n’essayez pas d’écouter le mixage calmement sur les moniteurs principaux du studio. Ils travaillent généralement très mal à des niveaux faibles, et ils ne "revivent" qu'à des niveaux modérés à forts. De toute façon, ils sont calibrés à un niveau moyen à élevé et se comportent généralement très différemment s’ils sont sous-employés. Si vous souhaitez écouter calmement, utilisez plutôt les moniteurs de proximité. L'utilisation d'une sélection de moniteurs à une sélection de différents volumes vous permet «d'explorer» le mélange avec différentes quantités de détails. Est-ce que vous écrivez beaucoup de documents ou créez beaucoup d'illustrations sur un ordinateur? Oui? Si tel est le cas, pensez à écouter doucement sur de petites enceintes comme un "zoom arrière" du mixage pour voir l’ensemble de la photo et à une écoute assez forte sur les moniteurs principaux en tant que "Zoomer" (pour voir les détails) du mixage. Vous avez besoin de voir le mélange sous de nombreux angles différents pour obtenir un résultat extrêmement soigné pour la lecture dans de nombreux environnements différents.

Un résumé du monitoring serait :
  • Obtenez les «sons» corrects à des niveaux modérés à élevés (en utilisant les moniteurs principaux si vous en avez)
  • Réglez la «balance» à des niveaux bas (haut-parleurs de taille moyenne à petite), en effectuant des ajustements sonores mineurs au besoin.

Il est intéressant de noter que lorsque la «balance» du mixage est correcte à des niveaux d’écoute très bas, il est rare (quasiment jamais) que le son sonne mal par la suite, lorsque vous écouterez le mix à haut niveau. L'inverse est rarement vrai. Si vous avez déjà fait un mixage à volume élevé, alors je suis sûr que vous avez été amèrement déçu lorsque vous avez écouté votre mix tranquillement ultérieurement, et que vous avez trouvé que les niveaux sont mauvais. Certains des mixages que j'ai fait à un niveau trop fort sonnent mal quand ils sont écoutés à des niveaux raisonnables. Même si votre musique est conçue pour être écoutée fort (musique heavy-métal, musique de club, etc.), vous devez quand même équilibrer les niveaux à un volume faible, faute de quoi vos mixages sonneront pitoyablement faibles lorsqu'ils seront joués à la radio ou dans votre voiture. Habituellement, le seul moyen de récupérer un mixage mal réalisé est de le compresser fortement et de l’équilibrer à la correction, ce qui n’est pas très souhaitable, car il a toutes sortes d’effets secondaires désagréables.

Après cet avertissement, passons à l’art du détail de l'équilibre des niveaux.
Souvent, la première chose à faire par les personnes inexpérimentées est d’activer l’automatisation et de commencer à programmer les mouvements de faders, et bien je résiste à cette envie ! Je vais d'abord allumer l’automatisation et programmer les “mute”, pour le moment, pour plus de commodité, je laisse les faders en mode manuel.
Mon point de départ préféré n’est pas d’automatiser les faders, mais bien d’écouter attentivement la source du problème. Si un certain instrument «saute» du mixage toujours à certains points mélodiques pendant le mixage (ou semble également disparaître à certains points mélodiques pendant le mixage), il existe alors deux façons de corriger automatiquement ce problème sans aboutir à l'automatisation. Premièrement, vous pouvez essayer un peu plus de compression, voyez si vous avez un compresseur pour régler automatiquement le problème.
Deuxièmement, vous pouvez essayer d’égaliser la partie incriminée de sorte que l’égaliseur fasse plonger le son automatiquement (ou monte de niveau) aux points appropriés de la plage mélodique de l’instrument.

Notez que ce n'est pas la même utilisation de l'égaliseur que vous avez utilisée jusqu'à présent dans le processus de mixage. Jusqu'à présent, vous utilisiez l'égaliseur soit pour supprimer les résonances désagréables, ce qui implique un «cran» avec une très petite bande passante à des fréquences très spécifiques, ou bien vous avez utilisé l'égaliseur pour améliorer le son à un niveau plus général - ce qui implique généralement de jouer avec les subsoniques du son (égaliseur basse fréquence) ou de peaufiner les harmoniques supérieures du son à 3 kHz ou plus.
Nous parlons ici de jouer avec l’égaliseur en des points très spécifiques au milieu de sa plage mélodique - ce qui implique une largeur de bande assez étroite au milieu de la plage de notes de l’instrument, et non pas dans la plage des harmoniques supérieures est le bit auquel EQ pour l’amélioration du son est normalement associé).
Cette utilisation de l'égalisation et de la compression en tant qu'outil d'équilibrage de niveau a tendance à être interactive entre les deux techniques, un changement de l'une (compression ou égalisation) affecte dans une certaine mesure le résultat obtenu par l'autre, vous devrez donc peut-être effectuer un équilibre délicat entre les deux techniques pour que l’instrument se comporte en lui-même.
Mais pourquoi faire cela alors que vous pourriez automatiser les faders?
  • Tout d’abord, c’est beaucoup plus rapide.L’utilisation de cette technique pour obtenir l’équilibre correct dans une partie de la chanson (en vérifiant soigneusement que vous n’avez pas foiré le niveau dans d’autres parties de la chanson), signifie généralement que l’instrument «se règle» tout au long de la chanson. Bien qu'il soit souvent possible dans les systèmes de mixage automatiques de copier des mouvements de faders spécifiques d'une partie de la chanson à une autre, il s'agit souvent d'un processus fastidieux, chronophage et tellement ennuyeux que beaucoup de gens préfèrent le programmer à la main pour la toute la longueur de la chanson, ce qui prend aussi du temps.
  • Deuxièmement, l’utilisation de l’égalisation et de la compression comme outil d’équilibrage automatique des niveaux de mixage est une autre bonne raison, c’est qu’elle a tendance à conduire à un résultat plus musical. L’utilisation de l’automatisation des faders pour atteindre les mêmes buts implique généralement de faire de très très petits mouvements de faders qui «chevauchent la mélodie». EQ et compression peuvent le faire automatiquement si vous le faites bien. Si vous faites du bon travail dans ce domaine, il est tout à fait probable que vous deviez effectuer certains mouvements de fondu, bien que ces mouvements aient tendance à être de nature plus "générale" que de petits mouvements fastidieux.
  • Troisièmement, l'utilisation de l'égaliseur et de la compression pour équilibrer les niveaux facilite considérablement la vie si vous n'avez pas de système d'automatisation. Les gens ont survécu sans automatisation pendant de nombreuses années et ont quand même fait de bons disques. C’est l’un des moyens par lesquels ils y sont parvenus.
Mais, si vous n'avez aucune automatisation?
Si vous n’avez pas de mixage automatisé (ce qui est encore très courant dans les studios de projet équipés de tables de mixage analogiques), ne paniquez pas. Tout n'est pas perdu et vous pouvez toujours obtenir d'excellents résultats. Voici comment nous avons procédé dans les temps précédant cette automatisation:
  • Tout d’abord, utilisez EQ et la compression pour laisser le mixage se régler comme décrit ci-dessus.
  • Deuxièmement, pour toutes les pièces générées par le séquenceur et enregistrées sur une bande, vous pouvez les exécuter «en direct» et utiliser le logiciel de séquenceur pour automatiser leurs niveaux de mixage. Personnellement, j’enregistre habituellement les pistes d’un séquenceur externe sur des pistes audio séparément plutôt que de laisser le séquenceur en direct, car il est moins sujet aux erreurs, il offre un meilleur temps de synchronisation (moins “d'engorgement" MIDI) et il n’est pas nécessaire d’attendre que le séquenceur se synchronise constamment. Ce qui facilite le travail. Toutefois, lors du mixage final, le problème est beaucoup moins grave.
  • Troisièmement (mon préféré qui beaucoup plus rapide que les solutions précédentes), réenregistrez sur les pistes audio toutes les parties du séquenceur, en ajustant les niveaux d’enregistrement à la main tout en les réenregistrant. C’est beaucoup plus rapide que de reprogrammer le séquenceur et cela signifie que vous pouvez vous arrêter sur tous les mouvements de fader que vous avez ratés. Cela signifie également que vous avez une qualité multi-piste bien meilleure si quelqu'un d'autre veut la remixer.

Ensuite, dans le cas où vous avez enregistré des instruments exécutés en direct et que vous avez un véritable pupitre de mixage avec de véritables faders, vous pouvez trouver quelques pistes de rechange, puis mixez la totalité de la chanson au fur et à mesure de la lecture, et réenregistrez-la sur les différentes sections de mixage où les niveaux sont différents. Cette technique apporte plus d'avantages que le mixage automatisé, même si vous avez peut-être besoin d'un ami pour vous aider à manipuler les faders quand y en a beaucoup en même temps, mais bon ! C'est une expérience amusante et interactive pour vous deux! Ils n’ont même pas besoin d’être doués pour le mixage, vous pouvez simplement leur dire quels potentiomètres déplacer où et quand. Faites des marques de crayon chinagraph à côté des faders pour les aider. Auparavant, c'était l'un des emplois les plus courants des assistants ingénieurs, et cela les aidait à se former à l'art du mixage. C'est toujours le travail standard des assistants dans le mixage des bandes sonores de film, où il y a généralement beaucoup plus de personnel qualifié disponible pour aider au processus, le rendant beaucoup plus rapide et beaucoup plus agréable que d'utiliser un système d'automatisation informatique.
Enfin, comme dans ce qui précède, mais au cas où vous n’auriez pas une paire de pistes de rechange à mixer, vous pouvez mixer toute la piste dans des sections distinctes sur DAT, open-reel, etc... et ensuite coller le tout ensemble, en utilisant des ciseaux et du ruban adhésif si nécessaire (euh .. pas sur DAT,Je veux dire sur une bobine ouverte pour le montage avec bande adhésive! smile , afin d'obtenir l'ensemble du mixage final édité.
Bien que cela prenne du temps et demande du travail avant que les sections ne puissent être entendues dans leur contexte comme un mix final, c'est toujours une option et c'est la façon dont les mixage complexes ont été réalisés, sans automatisation, pendant de nombreuses années.
L'inconvénient est que la correction des erreurs est un processus laborieux, impliquant la mise de coté des modifications, et qu'il est nécessaire de suivre avec soin les différentes sections d'édition dans un ordinateur ou sur avec des bouts de ruban adhésif qui traînent partout. De nombreuses personnes, y compris moi-même, ont passé beaucoup de temps à fouiller dans une platine à bande analogique à la recherche d'un bout de bande de vingt-deux secondes gisant par terre, enchevêtrée avec d'autres morceaux.

Dans l’ensemble, qu’essayez-vous d’atteindre ?

Vous essayez de réaliser un mixage dans lequel, pendant toute la durée de la chanson, les niveaux des différents instruments sonnent comme s'ils étaient en équilibre. Cela ne signifie pas nécessairement, cohérent, ce serait simplement ennuyeux. Si un son augmente trop fort dans le mixage, ne supposez pas que vous deviez immédiatement le contraindre en abaissant le fader. Peut-être que ça leur convient de monter momentanément à ce niveau dans la chanson ? Écoutez attentivement avant d'agir. Peut-être que tout le monde a besoin d’être intégré dans l’œuvre à cet instant, plutôt que de restreindre le seul artiste qui a osé être audacieux à ce stade de la chanson.

Comment vous y prendre?

Comme mentionné précédemment, le truc lors de l'équilibrage de niveau consiste à écouter calmement sur les petites enceintes, et non pas à fond sur des moniteurs principaux. Si vous souhaitez que le mixage de base sonne bien sur les moniteurs principaux, de subtils et infimes mouvements de faders ne peuvent être entendues correctement à des niveaux d'écoute aussi élevés. Essayez donc d'équilibrer les niveaux à un niveau légèrement inférieur au niveau d'écoute habituel. Écouter le résultat confortablement sur un système hi-fi à la maison.

Y a-t-il quelque chose à craindre ?... A quoi faire attention ?

Oui! L’erreur la plus courante est de passer des heures et des heures sur l’automatisation du mixage d'une chanson, à monter délicatement chaque fader dans tout ce mixage, à lisser la moindre imperfection. Les mixeur commencent à lire en boucle, passant parfois un temps considérable sur un segment de dix ou vingt secondes, déplaçant apparemment tout ce qui se passe dans une ,vague mexicaine, (ndt : ola! ) continue de mouvements de faders.
Si vous le faites, alors tout le système d'automatisation devient simplement un compresseur extrêmement complexe, détruisant tout sens de la dynamique et du mouvement musical dans le mixage. Lorsque vous reproduirez le mixage plus tard il ne passionnera personne. Un signe révélateur c'est lorsque la taille en octets du fichier de mixage de la chanson, si vous pouvez le mesurer, devient énorme ; Cette taille indique que tout au long de la chanson, quasi chaque fader est en mouvement, même légèrement, tout au long du processus. Il y a édition de faders, plus édition de faders, plus édition de faders, etc. Ce n'est sûrement pas bon, non ?
Dans bien des cas, c'est simplement pour contrer les mauvais mouvements de faders que vous avez effectués auparavant et ce serait peut-être mieux de réécrire un bon mouvement de fader à partir de zéro plutôt que de le modifier à plusieurs reprises.
Donc, trop se fier à l’automatisation peut conduire à des mixages extrêmement fades, sans dynamique, sans vie ; Alors ne soyez pas fous (ndt : idiots ?), faites seulement ce qui est nécessaire pour maintenir l’équilibre d'un mixage raisonnablement cohérent et n'en faites pas plus, sinon vous gaspillez des heures, tuant la chanson petit à petit tout au long de la journée. Sauf si le groupe est totalement sans espoir, essayez de laisser une dynamique expressive aux musiciens. Ils sont payés pour cela.


Retouche finale

Hé, c’est la pause-thé!
Il est préférable de ne plus écouter quoi que ce soit à ce stade. Vous êtes probablement assez épuisé. Si vous avez envie de dormir, préparez-vous un café fort. Si vous allez au lit maintenant, le son de vos oreilles sera différent et vous finirez par tout refaire demain et tous les efforts d’aujourd’hui auront été une perte de temps. Le mieux est de se cramponner et de terminer aujourd'hui.
Lorsque vous êtes prêt à continuer, écoutez quelques disques très brièvement pendant quelques minutes à bas niveau. Cela rafraîchira vos oreilles et vous rappellera comment les choses se passent dans le grand monde de l'enregistrement de la musique hors de votre studio. Comparez différentes chansons de différentes personnes. Écoutez les niveaux des différentes parties, en particulier le niveau vocal.
Ensuite, prêtez l'oreille à votre mixage à votre niveau d'écoute habituelle et comparez le avec une écoute plus intense sur les enceintes principales du moniteur si vous en avez. Il est improbable d'avoir à changer quelque chose de majeur à ce stade, mais vous remarquerez probablement que, dans l’ensemble, certaines parties sont trop tenues ou faibles. Cela devrait être un sentiment très commun ; Étant donné que vous avez déjà réglé les niveaux, il ne devrait y avoir aucune modification nécessaire pendant la chanson.

Pour modifier les niveaux globaux des deux ou trois parties pouvant nécessiter un «ajustement», vous pouvez le faire de deux manières. Vous pouvez programmer dans l’automatisation un ajustement global des différentes pièces ou, à ma préférence, simplement actionner avec soin les potentiomètres "trim" situés en haut du canal ou leurs équivalents logiciels.
C’est souvent beaucoup plus rapide que de jouer avec le système d’automatisation, en particulier maintenant que vous êtes fatigué et susceptible de faire une erreur stupide (comme effacer le fichier Master Mix "vraiment, çà peut arriver") !
Quand vous avez obtenu ce que souhaitiez, il est temps de se demander si une compression globale du mixage serait avantageuse. Avant de vous lever de votre fauteuil et d'appliquer votre Alesis à 200$ sur les deux semaines de sang, de sueur et de larmes qu'il a fallu pour que la chanson atteigne ce stade, soyez sûr d'avoir besoin d'une compression.
D'autre part, ne supposez pas que, puisque vous avez compressé individuellement chaque instrument , la compression globale n'est pas requise,ces deux techniques sont bien distinctes et le compresseur de l'ensemble réagira au mixage des instruments, ce que ne pourra jamais faire la compression individuelle de chaque instrument. Cela peut valoir la peine de faire une compression le soir du mixage, vous connaissez, plus que jamais, intimement la chanson à ce stade que ce matin ou même demain. Mais vous pouvez aussi être fatigué et tout gâcher.

J’ai écrit un article séparé sur la compression, mais en résumé, vous pouvez envisager de compresser l’ensemble du mixage pour le moment:
  • Le mixage ne sonne pas assez fort
  • Le mélange n’est pas assez «percutant» (pas assez de «bang» et de «boff») malgré tous vos efforts
  • Vous avez réglé à trop haut niveau et l'intégralité du mixage semble en partie gelé.

L'utilisation d'un compresseur sur un ultime précieux mixage est un travail difficile, qui nécessite une écoute intensive et une concentration sérieuse.
Vous devrez faire beaucoup de commutations avec/sans compresseur pour voir s'il y a vraiment une différence. Dans certains cas, vous risquez de vous «couper les cheveux en quatre» et de ne pas faire suffisamment la différence pour que la compression en vaille la peine, dans certains cas, vous pourriez "couper les cheveux en quatre" et ne pas faire assez de différence pour que la compression en vaille la peine. Si le fait est qu'il n'y a pas beaucoup de différence c'est qu'à ce stade çà n'en vaut probablement pas la peine .

Si vous n’êtes pas sûr ( cela ne vient qu'avec l'expérience ) alors vous devriez abandonner cette démarche, vous aurez toujours la possibilité de compresser le mixage un autre jour. Si vous abîmez ruinez votre mixage maintenant, vous serez coincé avec les résultats pour toujours.

Lorsque vous aurez le meilleur son possible pour le mixage, vous pourrez toujours envisager une dernière série d’ajustements mineurs au niveau de instrumental (c’est vraiment un travail pénible ! Non... ?). Peut-être le compresseur a-t-il perdu une partie des graves du mixage ? Fort probablement : l’effet subjectif de la compression est souvent une perte notable de basses extrêmes. Peut-être aussi que certains sons sonnent un peu trop fort après une compression complète ? Si vous pensez que des changements draconiens sont nécessaires c'est que le compresseur est mal configuré ; Alors vous devrez le reconfiguré ou le désactiver et remettre la compression à plus tard.

Cette «retouche finale» ne devrait prendre qu'un quart à une demi-heure. Là, vous êtes presque mort...

Enfin ! Enregistrez le mixage sur DAT ou CD!

Même si vous avez l'intention de passer en revue un mixage informatique demain, avant de le faire, copiez-le tout de suite sur cassette DAT ou CD !!
Ceci est extrêmement important:
d'ici demain, un nombre considérable de choses peuvent changer. Les équipements externes auront refroidi du jour au lendemain et pourront sembler imperceptiblement différents de manière permanente. Les autres personnes, ou dans mon cas mes animaux de compagnie, ne peuvent pas se rendre compte de l’importance de votre précieux travail et commencer à modifier les paramètres par inadvertance. Même si le mixage est «en sécurisé» dans un ordinateur, le logiciel pourrait ne pas fonctionner demain. Le système de fichiers, peut même perdre le mixage. Comble de l'horreur, l'ordinateur peut tomber en panne alors que vous l'éteignez, juste avant de rentrer à la maison ! ( J'ai déjà eu ce problème ! ). Même si vous le laissez allumé, il pourrait prendre "feu".
Pour l'instant tout fonctionne, alors arrêtez le mixage et stockez une sauvegarde hors du système (sur DAT, CD ou similaire). Encore plus important, gardez le master du mixage en lieu sûr et nettement bien étiqueté.


Voici une histoire pour vous: «Gash tape» c'est ce que vous appelez les 2-3 minutes de zone vierge que vous avez laissée à la fin d’une bande vierge de l'enregistrement master. Les bobines de bande coûtent cher, et si vous en avez besoin rapidement en studio, si vous voyez une bobine avec une «entaille» dessus, il vous suffit de prendre une lame de rasoir, de la fourrer dans le trou de la bobine, et couper en tranches droites à travers les couches de ruban jusqu'au moyeu. Toute la bande vierge de rechange tombe par petits morceaux sur le sol ou dans la poubelle, et vous avez rapidement une belle bobine de métal vide. Un matin, dans un studio d’enregistrement de Londres, le producteur et l’ingénieur ,les yeux fatigués, entrent dans le studio après le mixage tardif de la vielle, mais ils découvrent que Tape-Op vient de couper le master de "Marvin Gaye" la nuit dernière en morceaux de 6 pouces, en le prenant pour une entaille.( NDT : revoir le contexte de ce paragraphe )

Les histoires d'horreur peuvent aussi impliquer des cassettes DAT. Il est possible de constater qu’une bande DAT a disparu, et de constater que les nettoyeurs l’ont accidentellement renversée derrière des magnétophones ou derrière un rack d’équipement. Gardez-la en sécurité. Donc, si le studio tombe en panne du jour au lendemain ou en cas de catastrophe, vous vous sentirez serein si vous avez une copie du mixage dans un endroit sûr. Ce n'est peut-être pas grave une simple coupure de courant de quelques heures, mais cela vous met quand même knock-out si vous n'avez pas stocké vos nombreuses heures de travail sur un format portable tel que DAT ou CD. Cà pourrait être un désastre si vous avez réservé une session de mastering ce matin-là.

Une préparation importante pour demain

Ne va pas encore te coucher.

Sans rien changer à la configuration du mixage, prendre quelques minutes pour effectuer les tâches ménagères habituelles, comme vider les cendriers et amener les tasses à la cuisine .
Il est fort possible que vous souhaitiez (étonnamment) écouter de la musique légère à ce stade. C’est bien, mais écoutez calmement. Résistez à l'envie de réécouter votre mixage. Vous en avez fini avec ça pour aujourd'hui. Personnellement, j’aimais jouer doucement pendant environ une demi-heure sur le magnifique piano à queue Yamaha du le studio principal, avec lumière tamisée.
Pourquoi faire tout ça? Parce que si vous allez au lit maintenant, sans pause, vous ne serez pas détendu. Par conséquent, lorsque vous vous couchez, vous continuerez de penser à votre mixage. Vous allez en rêver réellement, déplacer les faders dans votre sommeil. Vous pouvez avoir des rêves bizarres et déroutants à son sujet si vous ne vous êtes correctement relaxé avant de vous coucher.
Je me suis littéralement réveillé avec des sueurs froides au milieu de la nuit en criant:
- J'ai nettoyé le multi-piste !!! J'ai tout effacé !! Oh mon dieu, que vais-je faire !!!”, et ensuite j'ai réalisé que je venais de faire un cauchemar à propos du mixage! C’est une expérience horrible. Vous ne serez pas en état de faire quoi que ce soit le lendemain si vous avez une telle mauvaise nuit de sommeil.
Vous devez donc vous détendre après la séance de mixage pour pouvoir passer une bonne nuit de sommeil sans souci!

Résumé.

Résumé.

Dans la mesure du possible, prévoyez du temps pour une séance d’examen du mixage le lendemain matin. Mais avant de discuter de cela, je voudrais faire quelques remarques pour clore le processus de mixage lui-même.

En résumé, le processus ressemble à ceci:

  • Tout savoir sur la chanson et le matériel enregistré sur bande.
  • Mettre en place un mixage approximatif de la totalité.
  • Établissez un bon accompagnement de pistes de batterie, de basse et de pad suivant le contexte.
  • Passez à l’étape suivante, qui consiste à activer et à faire fonctionner tous les éléments principaux.
  • Ajoutez le chant et les chœurs.
  • Modifier le mixage, de sorte qu'il soit parfait tout au long de la chanson.
  • Effectuer une dernière retouche "générale" des niveaux et (éventuellement) une compression de mixage.
  • Enregistrez le mixage en stéréo.
  • Se détendre.
  • Sur ce, Dormir.

Mais, comme je l’ai mentionné précédemment, il s’agit d’un processus itératif. Vous modifierez et réviserez tout ce que vous avez déjà fait, au fur et à mesure que le mixage prend forme ; Cependant, plus vous modifierez, moins les changements seront sévères. Vous devriez être en train de "clore" le mixage petit à petit au fil de la journée, à sa fin vous devriez être sûr que c'est un résultat «presque parfait» de ce que vous espériez réaliser. Vous ne devriez pas sentir que vous pourriez «faire mieux». C’est la raison pour laquelle les sessions de mixage se déroulent généralement tard dans la nuit. Vous avez tendance à ne pas avoir d'heure limite, mais au lieu de cela, vous ne faites que travailler, et travailler, jusqu'à ce que vous sentiez que c'est absolument parfait.. Ensuite, vous allez vous coucher après une brève période de détente.

Il est difficile d’écrire un tel article uniquement de mémoire, et dans la pratique, il y a sans aucun doute des aspects importants que j’ai laissés de côté. Je réviserai cet article de temps en temps pour incorporer les commentaires des personnes et le mettre à jour là où je pense avoir laissé de côté des points importants. Par exemple, lors d’une session de mixage analogique, vous devez être conscient de plusieurs points importants :
outre l’importance évidente de s’assurer que le multi-piste analogique est correctement calibré et démagnétisé avant de mixer et que vous mixez au final depuis la tête "Repro" et non la tête "Sync"( celle-ci a une caractéristique de réponse en fréquence différente dans le haut du spectre) et il est facile d’oublier de permuter sur "Repro". Il est également important de nettoyer les têtes à plusieurs moments clés de la session de mixage.
Une bande analogique multi-piste génère une forte pression pendant une session de mixage et vous allez salir de nombreux cotons-tiges en effaçant tout l'oxyde qui se répand sur les têtes de la bande pendant la session. Cela peut même affecter la bande elle-même ; la bande maîtresse peut devenir légèrement plus sourde après des heures et des heures d'utilisation, et vous devrez peut-être le compenser. Mais ça ne devrait pas devenir trop ennuyeux, car cela peut indiquer que vous avez un vilain problème, comme la magnétisation des têtes.

Comme je l’ai dit, il y a probablement d’autres choses importantes que j’ai aussi oubliées. Je les ajouterai au fur et à mesure que je m'en souviens.

Enfin, je devrais également préciser que les deux parties de cet article représentent ma propre expérience pratique de sessions de mixage étalées sur plusieurs années, mais elles ne reflètent pas nécessairement l'expérience de nombreuses autres personnes dans le monde qui font également des mixages, et donc, je n’affirme pas que c’est de toute façon la «bonne» approche dans toutes les circonstances. Cependant, c’est ce que j’ai appris jusqu’à présent dans les sessions de mixage : ce qui se passe dans 99% des cas, ressemble assez à ce que j’ai décrit.

Les seules fois où ce qui précède a dévié de manière significative, c’est quand on aide des personnes moins expérimentées, qui suivent souvent une tangente sauvage inquiétante, et qui ont de soudains changements d'approche majeurs au cours de la session, et recommencent presque le mixage à partir de zéro. Normalement, je suis impatient de sortir du studio assez rapidement dans de telles circonstances, car il y a un risque réel qu’ils ne terminent jamais. Utilisez votre temps avec discernement et surveillez l'horloge. La sessiona de mixage qui dure plus d'une journée n'est généralement pas un exercice agréable.

La revue matinale

Parlons maintenant de la séance de «mix-review» du lendemain matin et de ce qui pourrait vous attendre.
Tout d’abord, essayez de le faire vous-même en présence, si possible, d’une seule personne. Le fait d’avoir une personne expérimentée qui n’était pas présente la nuit dernière est utile, il peut être un collègue de mixage expérimenté ?.
L’objet de l’examen de ce matin est simplement de confirmer que le mixage de la nuit précédente était convenable. Le but est de ne rien modifier à moins qu'il n'y ait un gros souci. Même si la personne qui les examine avec vous suggère des modifications, ne les modifiez pas aveuglément, elle peut se tromper.
Si vous travaillez dans le développement logiciel, vous vous rendrez compte que ce processus du «lendemain matin» ressemble beaucoup à la résolution des derniers bogues avant une version majeure du logiciel, c'est-à-dire que vous faites le minimum requis pour corriger un bogue, tout çà en supposant que vous décidiez même de le réparer. Si ce n’est pas critique, alors laissez tomber. La dernière chose à laquelle que vous souhaitiez et de tout casser, alors surtout, éviter la «réaction en chaîne». Qu'est-ce qu'une réaction en chaîne ? C'est le moment où vous commencez à apporter des modifications qui impactent d'autres éléments, ce qui nécessite des modifications qui impactent d'autres éléments, etc... Normalement, la conversation se passe comme ceci:
« Oooh, nous devrions augmenter légèrement les percussions.
- Oui, faisons ça.
- Ah ! la caisse claire semble trop silencieuse maintenant. Peux-tu l'éclaircir?
- Oui, elle est plus brillante maintenant. Oh ! La voix n’est plus assez forte…
- Tu as raison. Pousses-l qu'elles interféraient avec autre chosea, c’est mieux.
- Les guitares semblent perdre leur caractère maintenant.
- Oui. Nous devrions envisager d'utiliser un effet différent sur elles… "
Avant que vous ne vous en aperceviez, vous reprenez tout mixage à partir de zéro. Tout ça parce que vous avez pensé que la percussion était un peu trop silencieuse. Est-ce que ça vaut le coup ? Si ça se produit, il y a de fortes chances que vous restiez en studio jusqu'au petit matin suivant, sans garantie d'un résultat meilleur. Pour l'éviter, vous devez d'abord déterminer : est-il vraiment essentiel d'apporter un tel changement ? Pouvez-vous vivre avec ça comme ça ? C’est bien d’être perfectionniste, mais bricoler le mixage après l’avoir finalisé peut avoir de effets secondaires imperceptibles que vous aurez tôt fait d'oublier. Peut-être (dans cet exemple) les percussions étaient-elles délibérément un peu trop silencieuses parce que vous avez découvert qu'elles interféraient avec un autre instrument lors de la séance précédente ?
Il est très facile d'oublier le pourquoi des choses le lendemain matin. Laissez le mixage tel quel si vous le pouvez. Au cas où vous effectuez un changement si vous réalisez qu'il commence à interférer avec autre chose, vous devriez le défaire. Ne déséquilibrez tout le travail pénible que vous avez réalisé.
Non seulement j'ai déjà vu plusieurs fois cela se reproduire, mais j'ai également su à plusieurs reprises que le mixage révisé à la fin de la journée de «révision du mix» (après de nombreuses heures de peaufinage) semblait bien pire que le mixage d'origine!
Apprenez à faire confiance à ce que vous avez fait la nuit précédente et le seul changement que vous devriez apporter - le cas échéant - consiste à corriger uniquement les "bugs majeurs". C’est le moment de finir "la revue matinale", juste pour vérifier si vous n'êtes pas devenu complètement fou à cause de la fatigue de la nuit précédente. Si le mixage sonne bien, n'y touchez pas. Ne commencez pas à modifier tous les faders.
Pour cette raison, essayez d'éviter "d'inviter" des personnes importantes pour auditionner le mixage le lendemain matin. Ils pourront l'écouter plus tard. La session de ce matin est pour vous seul (et peut-être un ami ou un collègue de confiance). La dernière chose que vous voulez, c'est que la moitié du groupe arrive avec tous les représentants de la maison de disques ; Avant que vous ne vous en rendiez compte, chaque imbécile jouera avec les faders pour placer leur marque sur le mixage. Le mélange est terminé à ce stade et devrait être considéré comme sacré à moins qu'il n'y ait quelque chose d’aberrant.
??? Si vous estimez que vous devez apporter des modifications au mixage, il est primordial de comparer le mixage que vous avez fait la nuit dernière à la sonorité de ce matin. Les deux devraient naturellement être identiques. Jouez-les simultanément et basculez de l'un à l'autre en vous assurant qu'ils sont identiques à tous égards avant de commencer à changer quoi que ce soit. Mieux encore, sur un système entièrement numérique (un truc que je n’ai découvert que récemment), mélangez les dernières nuits dans un mixage décalé par rapport au mixage actuel. Les deux doivent s’annuler et vous devez entendre un silence total (à l’exception des effets ou de la réverbération dont le comportement est quelque peu aléatoire).???
J'ai failli envoyé un mixage (à plus d'une occasion) avec "une seule modification changement" dans la salle de mastering, puis découvert (à la dernière minute, en attendant que le taxi vienne et prenne la cassette pour la salle de mastering), qu’il manquait un instrument important au mixage car un bouton «muet» avait été accidentellement appuyé au cours de la nuit précédente, ou qu’il manque un effet en raison d’une connexion douteuse. Vous pouvez donc comprendre pourquoi je tiens à souligner que, dans l’idéal, vous devriez laisser le mélange tranquille, plutôt que d’apporter des modifications.

Si, quelques jours plus tard, vous estimez réellement qu’une très légère modification serait vraiment nécessaire, il suffit de le signaler à l’ingénieur de mastering. Ce dernier procédera alors à l’égalisation, à la compression ou au traitement de l’enregistrement stéréo mixé final afin de faire ressortir (ou de supprimer) tout ce qui est nécessaire pour obtenir le résultat souhaité. À ce stade avancé, il y a plus de chance d'obtenir de meilleurs résultats plutôt que de modifier, ad hoc, la configuration du mixage, et comme c'est "tout" le mixage qui est en cours de traitement, l’effet de «réaction en chaîne» a tendance à être minimiser, ce qui peut se produire lorsqu’on essaie un rééquilibrage des faders d'origine du mixage. Dans ce même sens bénéfique, l’ingénieur de mastering ayant une écoute du mixage totalement fraîche et objective, pourrait vous inciter à laisser l’enregistrement tel quel s’il estime que la balance est suffisamment bonne n'a pas besoin d'être modifié.
À certains égards, les ingénieurs de mastering sont les «docteurs» du monde du mixage:
« Docteur, je pense que mon mix est malade!.
-Vraiment ? Laissez-moi jeter un coup d’œil… je vois… ce n’est pas grave, alors ne vous inquiétez pas. Prenez juste deux de ces fréquences et revoyez-moi demain matin… » ???(ndt : j'ai pas tout comprissad )
La maîtrise peut être une expérience très rassurante.

J'espère que cet article vous a donné un aperçu de l'art du mixage et qu'il vous aide à en créer de superbes à l'avenir!

Bonne chance !

Jezar


[+]

Collaborateur(s) de cette page : ardoisebleue , olinuxx , utilisateur_anonyme , pianolivier et system .
Page dernièrement modifiée le Mardi 23 octobre 2018 10:52:31 par ardoisebleue.
Le contenu de cette page est licencié sous les termes licence.

Documentation [Afficher / Cacher]

Connexion
[Afficher / Cacher]



Mégaphone [Afficher / Cacher]

sub26nico, 23:47, mer. 13 Nov 2019: Salut et bienvenue à Laety_angel et jasongouzien :-)
sub26nico, 10:08, mar. 12 Nov 2019: Salut et bienvenue à Jacques Prat :-)
sub26nico, 22:51, ven. 08 Nov 2019: Salut et bienvenue à Lionel Bonnarde :-)
lila, 17:04, ven. 08 Nov 2019: Bonjour, j'ai bien eu vos messages, je dois partir en WE, je vous recontacte à mon retour et je vous dis tout ;D
olinuxx, 12:15, ven. 08 Nov 2019: Bonjour et bienvenue à lila et Airelle cool Lila, j'appuie le conseil d'allany wink
allany, 07:32, ven. 08 Nov 2019: @lila : tu obtiendras davantage de réponses à ta question si tu postes dans le forum adéquat...
lila, 18:02, jeu. 07 Nov 2019: Bonjour, je suis donneur de voix et je veux faire évoluer mes enregistrements vers plus de qualité. Je voudrais savoir si la carte son audient id14 fonctionne sous linux. Je suis sur ubuntu
sub26nico, 00:51, jeu. 07 Nov 2019: Salutet bienvenue à chrisbernay et VCTRMRTNS :-)
allany, 18:17, mar. 05 Nov 2019: Avant Noël, cadeau l'édito !!! [Lien]
olinuxx, 11:32, mar. 05 Nov 2019: Bonjour et bienvenue à kingkhan cool
louiesauvage, 10:48, mar. 05 Nov 2019: pédalier nux cerberus non reconnu en usb besoin de changer IR
r1, 09:49, mar. 05 Nov 2019: @samuel : c'est gentil mais pourquoi ne pas utiliser le formulaire adéquate ?