Chargement...
 
[Voir/Cacher menus de gauche]
[Voir/Cacher menus de droite]

J’ai commencé par la batterie, vers 8 ou 9 ans. Avec un prof extra qui nous faisais jouer individuellement pour terminer en bœuf. Jusqu’au jour ou les proprios du magasin ont pris leur retraite. Plus de salle. Plus de prof.
J’ai continué à jouer, avec ce que j’avais appris dans l’espoir de retrouver des cours avec cette ambiance exceptionnelle. Pour abandonner à cause du bruit. Mes parents, qui m’avaient pourtant offert cette batterie, ne supportaient plus ce bruit incessant. Ce vacarme comme ils disaient.
En échange de mon silence, ils m’ont acheté un synthé d’occasion, un Roland JX-8P. Et un casque pour leur tranquillité.
Ça a été l’occasion de découvrir la MAO avec un Atari ST qui était équipé de ports MIDI.
Mais, batteur dans l’âme, le jeu au clavier ne m’a jamais vraiment plu. C’est vrai quoi, un batteur ça fait boum tchick tchack boum avec deux mains et deux pieds. Là, jouer avec les doigts me posait un léger problème.
Ensuite est venu un expandeur Roland MT-32. Je pouvais enfin retrouver la joie des rythmiques. En silence pour le bonheur de ma famille.

Jusqu’à l’âge où nous, les garçons, n’avons plus qu’une seule idée en tête : trouver une copine !
Mais au premier chagrin, des envies de taper revenaient. Pas sur quelqu’un mais sur une percussion. Alors je ressortais mes vieilles baguettes trop petites et tapaient sur n’importe quoi. Et ce, à chaque phase de célibat.

Pour m’occuper, une autre passion dévorante m’a pris. Les images de synthèse m’ont écarté de la musique. Provisoirement.

Sans instrument, la MAO revenait régulièrement sans vraiment approfondir. Ça n’était pas vraiment mon truc.
Vers 1996 ou 1997, Roland a sortie la première Groovebox MC-303. Véritable révélation. Je l’ai usée jusqu’à la corde. Quel plaisir malgré ses sonorités trop douces pour moi. Mais je pouvais faire boum boum tchick sur un ampli, car j’avais, depuis quelques années, quitté les parents pour aller vivre ma vie très loin (enfin toujours en France).
Les pannes de cette MC-303 m’ont ramenée à la MAO. Je me servais de son moteur audio depuis un ordi. Jusqu’à la panne complète.

À l’arrivée des Korg Electribe EA-1 et ER-1, c’était comme une jeunesse retrouvée. Disons comme un gamin devant un sapin de Noël couvert de cadeau.
Depuis ce jour, j’ai toujours mis un pied dans la MAO. Pour palier aux limitations des machines, pour sauvegarder mes morceaux (si on peut appeler ça des morceaux).

Par la suite, j’ai mis les deux pieds dans les machines. Séquenceurs matériels, synthés, boîtes à rythme, etc. C’est à ce moment où j’ai compris que la création musicale sur ordinateur n’était pas pour moi. Mais j’ai vite su comment m’en servir avec des machines. Comme synthé par exemple.
À cette époque, j’utilisais principalement NetBSD, RISC OS et un Unix. Principalement sur des microprocesseurs RISC ARM et MIPS. Puis un PowerBook G4 d’Apple sur lequel j’ai rapidement installé YellowDog Linux. Mais rien de concret pour la MAO si ce n’est un tracker dont j’ai oublié le nom sous RISC OS.
J’ai repris la MAO sur mac sans vraiment y trouver mon compte. Les logiciels privateurs ne collaient pas à mes idéaux. J’ai subi la marque à la pomme pour mon travail (j’ai toujours détesté Windows et Mac OS X ressemblait un peu à Unix) pendant quelques années. Depuis 2007 ou 2008 je n’utilise que des logiciels libres, en dehors de quelques pilotes. Linux en premier lieu, mais j’essaie aussi les BSD de temps en temps, probablement par nostalgie.

Progressivement, j’ai redécouvert la MAO et me suis rendu compte que même en préférant les machines, l’ordinateur pouvait m’apporter tout un tas de chose avec mon système préféré. Quelques synthés, quelques outils et une arme pour l’enregistrement et le mastering (bien que je ne sois pas du tout spécialiste).
C’est aussi l’arrivée des petites cartes ARM comme les Raspberry Pi qui m’ont redonné goût aux instruments virtuels. Elles sont faciles à glisser dans une sacoche ou valise prévue pour les instruments électroniques. Ça permet de palier au manque de synthé sans devoir vendre le moindre organe de mon corps et sans faire travailler des personnes ou enfants dans des conditions qui ne plaisent pas.
Aussi amateur d’informatique et n’étant pas programmeur, j’ai, progressivement, apporté mon minuscule grain de sable que sont les logiciels libres en aidant les débutants par exemple.

Je fais désormais partie de l’équipe des administrateurs de LinuxMAO. Une tâche qui me plait bien et colle à 100 % avec mes idéaux. L’entraide, le partage de connaissance et la bonne humeur. :-) Je ferais donc en sorte d’être à la hauteur afin que cette communauté reste conviviale.

Collaborateur(s) de cette page : bda .
Page dernièrement modifiée le Lundi 01 février 2021 21:54:22 par bda.
Le contenu de cette page est licencié sous les termes licence.

Documentation [Afficher / Cacher]

Faire un don
[Afficher / Cacher]

Connexion
[Afficher / Cacher]



Mégaphone [Afficher / Cacher]

calixtus06, 10:15, mer. 14 Feb 2024: Bonjour et bienvenue à smonff, Alphascorpii, tadumtss et letoII :-)
calixtus06, 11:14, lun. 12 Feb 2024: Bonjour et bienvenue à Lenaye, laiqh :-)
olinuxx, 20:32, mar. 06 Feb 2024: À l'ombre du poêle, bonne lecture de l'éditorial !
allany, 16:12, lun. 05 Feb 2024: Pas de trêve hivernale pour l'éditorial ! [Lien]
olinuxx, 22:47, sam. 03 Feb 2024: Bonjour et bienvenue à GTof cool
olinuxx, 20:25, jeu. 01 Feb 2024: Bonjour et bienvenue à krisden cool
calixtus06, 22:06, ven. 26 Jan 2024: bonjour et bienvenue à Darknours :-)
bluedid29, 19:34, mar. 23 Jan 2024: Meilleur voeux et grand merci Olinuxx, top distribution MAO LibraZiK :-)
pierrotlo, 15:20, sam. 20 Jan 2024: Meilleurs voeux à toute l'équipe. Je ne suis pas très présent parce qu'en préparation de ma retraite. Ça arrive à tout le monde, eh oui !
olinuxx, 11:22, jeu. 18 Jan 2024: [ANNONCE] LibraZiK-4 dispose à présent d'un live ! [Lien] cool
olinuxx, 11:21, jeu. 18 Jan 2024: Bonjour et bienvenue à thomasl cool
olinuxx, 13:43, mar. 16 Jan 2024: Bonjour et bienvenue à zebone cool