Chargement...
 
[Voir/Cacher menus de gauche]
[Voir/Cacher menus de droite]



Avant Propos


Prononcez "Planet Karma"!

Planet CCRMA est un projet universitaire Américain mené par le département de l'université de Stanford qui lui à donné son nom : Le CCRMA (Center for Computer Research in Music and Acoustics). Ce centre vise, comme son nom l'indique à mener des recherches sur la musique et l'acoustique à partir d'une approche multi-disciplinaire (physiciens, musiciens etc...)

Ce projet est basé sur Fedora (Red Hat) et vous permet d'obtenir une distribution orientée pour la création multimédia (et particulièrement musicale). La documentation est très claire et les logiciels sont toujours très récents (la compilation est rarement requise).

Les paquets logiciels : http://ccrma.stanford.edu/planetccrma/software/ .
Liste de développement : http://ccrma-mail.stanford.edu/mailman/listinfo/planetccrma .

exclaim Pour les grands débutants: le terminal se situe dans le menu Applications->Outils Système->Terminal C'est un outil indispensable qui vous permet d'accéder a votre système et de faire des opérations complexes en quelques lignes de commandes. Pour le moment contentez vous de copier-coller, mais je vous invite à découvrir ce formidablement outil... certes peu sexy, mais ô combien pratique!

Introduction


Planet CCRMA est en fait une collection de paquets pour Fedora (architectures i386 ou x86_64) sous forme de dépôt accessible via Internet. Les paquets existent aussi pour toutes les versions de fedora.

La force de Planet CCRMA, réside dans le fait que les paquets sont mis à jour très régulièrement et disponibles très rapidement pour les architectures 32 et 64 bits. De nombreux développeurs utilisent cette distribution, ceci facilite donc la compatibilité (ex : Ardour, Freebob/FFADO, PHASEX, etc.)
Vous aurez donc besoin d'une connexion Internet assez rapide pour installer Planet CCRMA en vous connectant directement à son dépôt ou l'un de ses miroirs.
Il vous faudra suivre plusieurs étapes.

Installation de Fedora

D'après le site officiel http://ccrma.stanford.edu Planet CCRMA est maintenant disponible sur Fedora 13 et Fedora 14.

note de victor (06/07/2010): j'ai réussi à installer le dépôt CCRMA sur Fedora 13; il a suffit d'installer le dépôt CCRMA pour Fedora 12 (tel que décrit dans la doc Planet CCRMA http://ccrma.stanford.edu/planetccrma/software/installplaneteleven.html ); ensuite une petite mise à jour avec yum update, et c'est le dépôt ccrma pour Fedora 13 qui est là...et tous les logiciels CCRMA sont disponibles dans Packagekit...

Téléchargement et installation :


Contrairement à Ubuntu Studio par exemple, Planet CCRMA ne su trouve pas en DVD tout prêt. Il vous faudra donc installer complètement fedora avant d'y mettre Planet CCRMA

La première étape est d'installer Fedora 12. Vous pouvez télécharger les images cd ou dvd directement à partir du site officiel de la communauté française .
L'installation se fait pas à pas en mode graphique (doc ). Si vous souhaitez partitionner votre disque afin (par exemple) de conserver un autre OS, il vous faudra au préalable utiliser Gparted . Soyez vigilants, et faites des sauvegardes! !

idea
Notez que depuis au moins la version 12, Fedora propose un support total de l'Ext4 (la dernière version de l'excellent système de fichier GNU/linux!) veillez à choisir ce format au moment du formatage

Après installation

Un fois l'installation terminé vous aurez une aide à la configuration de votre GNU/linux.
Voici quelques pistes de configurations après une installation toute fraîche. Pour plus d'information vous pouvez consulter la documentation du site communautaire français de fedora :

  • configuration de la carte graphique : Normalement elle est configurée de manière automatique, mais il est toujours possible d'installer les drivers propriétaires pour bénéficier de l'accélération 3d et des bureau Compiz ou autres (voir plus bas, section « RPM Fusion »).
  • Configuration du firewall : en général il n'y a pas grand chose à faire mais par exemple pour emule ou d'autre logiciels il sera nécessaire d'ouvrir certain ports.
  • Selinux : ce service permet de maximiser la sécurité sur linux. La plupart du temps il faut le laisser sur « permissif ».
  • Création d'un utilisateur : On vous demandera de créer un utilisateur. Pour plus de sécurité utilisez le compte Root que pour de la maintenance ou dans des cas très particulier.
  • Désactiver les services inutiles : imprimante, bluetooth, infra rouge, vous pouvez désactier tous les services qui ne vous servent à rien. Vous gagnerez ainsi en rapidité au démarage. Pour savoir à quoi correspond quoi : http://doc.fedora-fr.org/Les_services_sous_Fedora_Core (doc en cours de mise à jour)

Mise à jour


Une fois installée, le mieux est de mettre le système à jour.
Lancez le terminal et en mode root (le mode « root » ou « superutilisateur » vous donne accès à tout les droits sur votre machine -par mesure de sécurité certaines opération nécessitent ces droits) :
$ su - #pour rentrer en mode root
	$ yum update # yum est le gestionnaire de paquet par défaut


Configuration de Sudo (facultatif).


idea
Fedora , comme toutes les autres distributions de GNU/Linux, a un compte principal et d'autes comptes pour les utilisateurs. Le compte root est celui du « superutilisateur ».
Les comptes personnels sont pour l'utilisation quotidienne, et le root seulement pour l'administration, la configuration, l'installation. Pour exécuter une commande en tant que root avec un compte utilisateur, il faut utiliser la commande « su » ou « sudo ». Sudo est beaucoup plus sûr mais nécessite une petite configuration pour qu'elle fonctionne bien.
Ouvrez un terminal :
$ su -  #on se connecte en tant que root
Mot de passe :
$ echo 'nom_utilisateur ALL=(ALL) ALL' >> /etc/sudoers
$ exit #pour quitter le mode root

Remplacez « nom_utilisateur » par votre nom d'utilisateur.

Configuration des dépôts.


RPM fusion


les dépôts RPM fusion (successeur de livna) contiennent toutes les vilaines choses propriétaires qu'une distribution libre ne peut pas légalement installer de base. Cela vous donnera accès aux pilotes propriétaires pour votre matériel et aux formats propriétaires type MP3. Pour les installer, il suffit de taper tout simplement :


$su -
$ rpm -ivh http://download1.rpmfusion.org/free/fedora/rpmfusion-free-release-stable.noarch.rpm 
$ rpm -ivh http://download1.rpmfusion.org/nonfree/fedora/rpmfusion-nonfree-release-stable.noarch.rpm


Et voilà!

Installer les pilotes proprios pour votre carte graphique


Les pilotes libres sont de bonne qualités et ont le mérite d'être installés automatiquement. Néanmoins, ils n'offrent pas l'accélération 3D et vous interdisent d'utiliser des gadget comme Compiz. En contre-partie, ne vous attendez pas à obtenir de l'aide sur les pilotes propriétaires... vu que personne n'a accès au sources, vous êtes suspendu au bon vouloir des fabricants.

Vu que la méthode dépend de votre carte graphique et qu'il existe de nombreuses possibilités, je vais vous renvoyer à la doc (très claire) sur le sujet.

Voici la doc pour les Nvidia

exclaimc Attention avec les cartes Nvidia : A priori, les commandes de la doc ne fonctionnent pas avec CCRMA, voici comment installer les pilotes Nvidia manuellement :
===__
Lisez jusqu'à la fin avant de foncer tête bêche pour le coup!__===

Sur le kernel normal (pour avoir une interface graphique) :

Commencez par télécharger les pilotes Nvidia à cette adresse . Renommez le fichier avec un nom simple type nvidia.run et mettez le dans un dossier pas trop loin dans l'arborescence (type /home/user)

Installez les dépendances et le noyau RT:
$su -
$yum install gcc yum install kernel-rt-devel kernel-rt

Ou si vous avez un noyeau PAE (uname -r)

$yum install gcc yum install kernel-rtPAE-devel kernel-rtPAE


Voila, maintenant allez plus bas et attention, les prochaines étapes se feront en console sans interface graphique alors on prend un papier et un crayon pour noter la suite (AVANT de rebooter!) :

Bootez sur le noyau RT de CCRMA

Faites CTRL-ALT-F2 pour lancer un terminal de secours. Maintenant tapez votre login et votre mot de passe. Ensuite :

$su -
#on coupe l'interface graphique
$init 3
#pour la relancer c'est "init 5", je dis ça pour votre culture générale, vous ne vous en servirez pas!

#ensuite on se place dans le dossier contenant le driver (on va voir si vous m'avez écouté)
$cd /home/user

#maintement on lance le script (là aussi on va voir si vous avez suivit mes conseils
$sh nvidia.run


Enfin suivez les inscription à l'écran et ça devrait être bon.

Si vous aviez installé les drivers via la doc avant c'est possible que ça conflictue (du verbe conflictuer de "conflit") avec ceux que vous tentez d'installer alors si c'est le cas :

$ su -
$ yum remove \*nvidia\*


et celle des ATI

Si vous ne connaissez pas votre matériel, utilisez la commande lshw (HardWare LiSter) avec l'otpion « display » pour n'afficher que la carte graphique :

$ lshw -C display


« vendor » vous donnera la marque et « product » le modèle.

Installer les CODECS (codeurs/décodeurs) proprios (MP3, WMV....)


Pour pouvoir tout lire ou presque, il vous faudra installer des ajouts (plugins) à Gstreamer (le gestionnaire de tout les flux audio et vidéo de votre système). Cela se fait très simplement par la commande :

$ yum install gstreamer-ffmpeg gstreamer-plugins-bad gstreamer-plugins-ugly

Pl us d'info sur les fichiers multimédia dans la doc

D'autres dépôts?

Si vous désirez ajouter d'autres dépôts, je vous invite à aller voir sur le site de la communauté française de fedora  .
exclaim Attention tout de même car il existe des incompatibilités entre certains dépôt (c'est indiqué si c'est le cas!)

Les dépôts Planet CCRMA


Avant de pouvoir installer planet CCRMA il faudra configurer les dépôts. Cela se fait très simplement en 2 lignes de commandes :

Sous Fedora 12 (i386)
$ su
$ rpm -ivh http://ccrma.stanford.edu/planetccrma/mirror/fedora/linux/planetccrma/12/i386/planetccrma-repo-1.1-2.fc12.ccrma.noarch.rpm
$ rpm -ivh  http://ccrma.stanford.edu/planetccrma/mirror/fedora/linux/planetccrma/12/i386/planetccrma-repo-testing-1.1-2.fc12.ccrma.noarch.rpm

Sous Fedora 13 (x86_64)
$ su
$ rpm -ivh http://ccrma.stanford.edu/planetccrma/mirror/fedora/linux/planetccrma/13/x86_64/planetccrma-repo-1.1-2.fc13.ccrma.noarch.rpm

(pour les utilisateurs 64 bits remplacez « i386 » par « x86_64 » dans les adresses ci-dessus)

Et voilà vous êtes prêts à installer les paquets Planet CCRMA qui transformeront votre ordinateur en véritable station de M.A.O.


Installation de Planet CCRMA

Si vous avez bien suivi jusque là vous devriez avoir les dépôts de Planet CCRMA activés!

Installation du Noyau ou kernel Temps Réel


Planet CCRMA fourni un noyau GNU/linux qui inclus le patch temps réel développé par Ingo Molnar. Les noyaux sont régulièrement mis à jour. Pour la MAO, un noyau temps réel est indispensable pour avoir de bonne performance et une faible latence dans l'utilisation de l'audio et surtout du midi. La façon la plus simple d'installer ce noyau est d'installer le meta-paquet (voir plus bas) planetccrma-core :

$ su -
  $ yum install planetccrma-core


question Mais j'installe quoi là ? moi je veux le kernel temps réel !
En fait on n'installe pas directement le kernel, même si c'est possible. Le paquet planetccrma-core est vide mais par dépendance il va installer tous les paquets nécessaires avec les versions les plus récentes. Ce paquet inclus le noyau Temps Réel, une version patchée de PAM qui permet d'avoir des accès temps réel aux applications pour tous les utilisateurs et un script de démarrage qui arrange les priorité IRQ en faveur de votre carte son : rtirq.

Test du nouveau noyau

A ce point vous pouvez croiser les doigts et redémarrer votre machine (enfin bon, vous risquez rien, hein). Quand le menu du Grub s'affiche, choisissez le noyau fraîchement installé. Si c'est le dernier kernel installé, il s'affichera normalement par défaut. Vous devriez pouvoir démarrer le nouveau kernel sans problème.
idea Si à un moment ou un autre vous décidez de changer le noyau par défaut du grub, il vous suffit d'éditer le fichier grub.conf :
$ sudo gedit /boot/grub/grub.conf #pour Gnome

$ sudo kate /boot/grub/grub.conf #pour KDE



arrow Repérez la ligne « default=0 » et changez le chiffre pour pointer vers le bon noyau. Ils sont listés plus bas dans le fichier. Le premier à pour index 0, le deuxième à pour index 1, etc.
arrow Vous pouvez aussi modifier le temps que grub vous laisse pour choisir le noyau à démarrer. Il suffit de changer le chiffre en seconde du paramètre « timeout= ».


Installation des applications.

Ça y est le plus dur est passé. A ce point vous êtes équipé d'une machine avec un noyau Temps Réel qui démarre, prête à être utilisée pour faire de la musique. Il ne vous suffit plus que d'installer les logiciels et commencer à vous amuser ! Vous pouvez explorer les pages web des dépots de Planet CCRMA i386  ou x86_64 pour connaître la liste des logiciels à disposition. Ou alors dans yum faites une recherche avec le mot clé « ccrma » :

$ yum list \*ccrma*


Une autre solution plus radicale, simple, rapide, mais parfois contraignante : planetccrma-apps. Tout comme planetccrma-core, ce paquet est vide mais comporte les dépendances vers tous les logiciels disponibles sur Planet CCRMA. En une seule commande tous les logiciels seront installés. Seul problème c'est si vous avez besoin d'une version plus récente d'une librairie ou d'un logiciel quelconque et que vous devez désinstaller un des paquets dépendant de planetccrma-apps, le gestionnaire de paquet voudra alors désinstaller planetccrma-apps et tous les logiciels qui dépendent. Autant dire qu'il va tout désinstaller. Si vous connaissez déjà les logiciels et que vous savez ce que vous vouler : préférez une installation pas à pas!

Voici donc la commande pour tout installer :
$ su -
$ yum install planetccrma-apps


idea Pour fignoler tout ça, vous pouvez installer le paquet planetccrma-menus qui installera dans votre menu d'application, une entrée pour tous les logiciels proposés par planet CCRMA, avec un système de classement très pratique (Audio Tools, Digital Processing, Drumming, Recorders, etc.)

$ su -
$ yum install planetccrma-menus



arrowplanetccrma-apps et planetccrma-menus ne figurent pas dans les dépôts de Fedora CCRMA 12. Il faut donc les installer depuis les dépôts de la version 11 .

Virer PulseAudio


Si vous expérimentez des problèmes quelconques (latence, craquement etc...) l'une des solution les plus efficace consiste à supprimer le gestionnaire de son « pulseaudio » de votre système. En effet ce dernier est une source de problème très récurrente pour les MAOistes.

La solution :

yum remove alsa-plugin-pulseaudio



exclaim Attention : vous n'aurez plus accès au gestionnaire de son de fedora (Système->préférence->son). Mais vous pouvez utiliser Alsamixer à la place par exemple

exclaim si vous avez une carte firewire en revanche, il est plutôt conseiller de garder pulse, cf. la page de FFADO

Installer une carte son firewire.


Première étape : il faut installer le noyau RT fourni par CCRMA (voir plus haut) et démarrer dessus! En effet le noyau de base fournit par CCRMA ne dispose pas des bons modules et jack ne se lancera pas!
Ensuite veillez à bien installer jack2 (numéro de version supérieur à 1.9.X), c'est la version de base fournie par CCRMA donc pas de soucis!
Elle marche ma carte?
Si vous voulez savoir si une carte marche (la votre ou en prévision d'un achat) vous pouvez aller vérifier ici sa compatibilité avec les drivers libres FFADO. Si votre carte n'est pas dans la liste, n'hésitez pas à tester et à indiquer aux développeurs FFADO ce qu'il en est!



Ensuite installez FFADO
$ su
$ yum install ffado libffado


Normalement en lançant jack vous devriez avoir "Driver Unknown". pour résoudre le problème il faudra désactiver SELinux. Pour cette session il suffira de taper dans un terminal :
setenforce 0


Pour que le changement dur au delà de la session en cours il faudra éditer un ficher de configuration :
$ su
$ gedit /etc/selinux/config


ensuite repérez la ligne SELINUX=enforcing en remplacez la par SELINUX=disabled. Sauvegardez et quittez. C'est réglé.

exclaimexclaimDésactiver SElinux diminue la sécurité du système! Cela n'est, dans la plupart du temps, pas gênant, mais agissez en connaissance de cause!

En redémarrant jack vous devriez avoir de nouveaux messages d'erreur du type "Error creating virtual device". Si c'est le cas, bonne nouvelle ça marche! Mais il faut donner les bons droits au module raw1394 pour que jack puisse y avoir accès!

$ su
$ modprobe raw1394
$ chown root:user /dev/raw1394


exclaim Attention de remplacer "user" par votre identifiant! A partir de maintenant le fichier /dev/raw1394 appartient aussi bien à root qu'à vous, ce qui permettra à jack d'y accéder à partir de votre session!

La encore chown est une commande qui ne dure que pour la session en cours! Si tout fonctionne, voici comment accorder les droits de façon pérenne grâce au gestionnaire des droit des "/dev" : udev. Il faudra donc créer un fichier dans /etc/udev/rules que le système lira à chaque démarrage.

passez en root :
$ su


placez vous dans le bon répertoire :
$ cd /etc/udev/rules.d


créez un fichier dans celui-ci :
$ gedit 40-jack1394.rules
(le nom importe peu, mais le chiffre "40" lui donne une priorité élevée)

Une fois l'éditeur de texte gedit ouvert, copiez à l'intérieur les lignes suivantes :
KERNEL=="raw1394", GROUP="user", MODE="0660"
#remplacez user par votre nom d'utilisateur!


Et voilà, normalement ça marche!

exclaim Compiz à créé chez moi une très forte instabilité du système.... Si vous avez des xruns? et des ralentissements....commencez par le désactiver!

Conclusion

Voilà, il ne vous reste plus qu'à pratiquer votre musique en toute liberté et bonne chance dans votre découverte de la M.A.O. sous Linux.

D'un point de vue personnel (Tumulte's speaking), après avoir essayé plusieurs (beaucoup) distributions (ubuntu studio, mepis, 64studio, arch, debian, Suse etc.) je peux affirmer que dans mon cas, fedora s'avère être largement la meilleur compromis entre simplicité et efficacité!


Cette distribution est largement orienté tout-publique et s'avère à peine plus contraignante qu'ubuntu (simplement parce que leur politique sur le libre est plus stricte – et c'est tant mieux). En revanche, niveau performance, il n'y a pas photos, il n'y a que sous fedora que j'ai pu trouver un tel confort d'utilisation pour la musique.

Même avec plusieurs logiciels (souvent hydrogen+jack+Ardour 3+synthés+sooperlooper) lancés en simultanés avec les effets compiz dans tout les sens, tout va bien et le temps réel est parfait.



[+]

Documentation [Afficher / Cacher]

Connexion
[Afficher / Cacher]

r1


Mégaphone [Afficher / Cacher]

olinuxx, 12:24, jeu. 15 Nov 2018: @l_d_v_c de quoi tu parles ? ("amiga power" était un magasine anglais du début des années 90 si je ne me trompe)
l_d_v_c, 23:51, mer. 14 Nov 2018: Salut !!!!! Quels sont les logiciels compatibles Amiga POWER ?
olinuxx, 13:27, mer. 14 Nov 2018: Bonjour et bienvenue à IsaDJ cool
sub26nico, 23:42, mar. 13 Nov 2018: Salut et bienvenue à beniaak :-)
olinuxx, 14:55, lun. 12 Nov 2018: Bonjour et bienvenue à Luciffer twisted
sub26nico, 21:05, dim. 11 Nov 2018: Salut et bienvenue à jojolafrite :-)
sub26nico, 20:40, dim. 11 Nov 2018: Salut et bienvenue à phil43 :-)
olinuxx, 20:08, dim. 11 Nov 2018: ok syberia303, merci pour l'info
syberia303, 19:49, dim. 11 Nov 2018: Des versions vst linux existent (OS 64 bits seulement apparemment). Ils peuvent être essayés pendant 30 jours.
olinuxx, 19:45, dim. 11 Nov 2018: @syberia303 : y'a t'il des versions linux ?
syberia303, 19:35, dim. 11 Nov 2018: De nouveaux vtis natifs disponibles chez Tracktion (à base d'échantillons, non libres et payants): [Lien]
sub26nico, 11:56, dim. 11 Nov 2018: Salut et bienvenue à MisterPhilip :-)