Chargement...
 
[Voir/Cacher menus de gauche]
[Voir/Cacher menus de droite]

  \_o< 
Ce tutoriel est en partie issu du wiki officiel ArchLinux.
(certains liens sont en reconstructions merci de "creuser" dans le wiki:) )
ArchLinux est une distribution GNU/Linux créé par Judd Vinet en 2001,"Fork" de Crux Linux. La première version «Homer» apparaît en mars 2002. ArchLinux se concentre sur le minimalisme, l’élégance, la correction de code et la modernité. C'est une distribution en rolling release (mises à jour temps réel!) mélant paquets binaires via pacman (_o<  et compilation des sources via AUR .
Sa philosophie est de rester simple et légère (KISS). Si son installation n'est pas aussi aisée (user-friendly) que d'autres distributions généralistes (Ubuntu, Mandriva,...) mais comme vous êtes amené à l'installer "brique après brique", elle vous sera toutefois très simple à maintenir car vous aurez appris dans les détails ou/et comment installer/configurer le système de base de manière relativement simple (KISS!).



Informations


Liens utiles :
Site officiel : http://www.ArchLinux.org
Site francophone : http://www.ArchLinux.fr
Page wikipedia : http://www.fr.wikipedia.org/wiki/Arch_Linux
Site ArchAudio : http://www.archaudio.org
Canal IRC : #archlinux-fr @ irc.freenode.net
Canal IRC : #archaudio @ irc.freenode.net Image

Pourquoi utiliser ArchLinux pour faire de la MAO ?


Principe du KISS


Keep it Simple, Stupid (KISS) ! ArchLinux se base sur ce principe en étant rapide, légère, flexible et simple. ArchLinux veut donc proposer une distribution en toute simplicité. Attention, simple techniquement ne veut pas dire facile à l'installation. En effet, une fois l’installation de base terminée, on se retrouve devant une console et puis c’est tout ! Pas d'environnement graphique par défaut, pas de logiciel inutile : juste le noyau et de quoi se connecter à Internet. Ce sera à vous, et uniquement à vous de monter votre système d'exploitation dédié à la MAO comme bon vous semble, brique par brique.

Rolling Release


ArchLinux a pour particularité de ne pas sortir de versions définitives. Jamais vous n'aurez à réinstaller votre système pour une nouvelle version ! Lorque l'on vous parle de nouvelle version d'ArchLinux, il faut comprendre que c'est uniquement l'installateur d'ArchLinux qui est ajouré. Les mises à jour se font continuellement, au fur et à mesure de la sortie du nouveau noyau et paquets/logiciels. C'est un des points vraiment appréciable d'ArchLinux car l’utilisateur à toujours un système à jour (dernier cri) tout en gardant un système parfaitement stable. Il n’y a pas de changement de version brusque et dangereuse à faire. Vous aurez donc les toutes dernières versions des logiciels MAO... et ceci très simplement.

Pacman et yaourt : un système unique de gestion des paquets


Tout ceci est rendu possible par un système simple de gestion des paquetages binaires : pacman qui permet la mise à jour de l'intégralité du système en une seule commande. ArchLinux utilise également un système de construction de paquetages (ABS: Arch Build System ) semblable aux ports BSD pour faciliter la construction de paquetages, qui pourront eux aussi être mis à jour rapidement. Enfin, vous pouvez recompiler votre système en entier avec une unique commande. Tout celà de façon simple et transparente. Les trois dépôts binaires principaux sont core, extra, community auquel on peut rajouter le dépôt francophone archlinuxfr et, éventuellement le dépôt archaudio pour la MAO.
Quant à yaourt, il permet d'avoir un accès direct à AUR (Arch Linux User-Community Repository ). Qu'est ce que AUR ? c'est une des très grandes forces d'ArchLinux ! Contrairement aux autres dépôts dit principaux, AUR est le dépôt des utilisateurs d'ArchLinux. C'est le lieu de naissance des nouveaux paquets ArchLinux. Dans AUR, les utilisateurs contribuent avec leur propres paquets. La communauté d'AUR vote pour ou contre eux, et une fois qu'un paquet a suffisamment de votes, un utilisateur de confiance (TU) le place dans le dépôt community, qui est accessible avec pacman et ABS. Mais si vous n'avez pas envie d'attendre qu'un paquet soit présent sur community, yaourt est là pour vous simplifier grandement la vie en intégrant les outils de pacman avec les dépôts principaux et AUR.


Installation et configuration d'ArchLinux


Ce guide d'installation d'ArchLinux est un guide rapide qui vous présente le plus simplement possible comment installer votre système d'exploitation. Je vous conseille vivement, si vous désirez avoir quelque chose de plus complet, de consulter le wiki officiel (traduit en français)

Installation de base d'ArchLinux


ArchLinux est optimisé pour les CPU i686 (32 bits) et x86_64 (64 bits). Vous pouvez trouver les fichiers ISO d'installation à cette adresse : http://ArchLinux.fr/telecharger . Les ISO d'installation d'ArchLinux sont des ISO dit hybrides, c'est-à-dire qu'ils peuvent autant se graver sur CD/DVD que s'installer sur une clé USB.
code~hs~: installer l'iso d'Arch sur une clé
~# dd if=image.iso of=/dev/sd[x]

Deux sortes d'ISO s'offrent à vous : netinstall ou core. Netinstall signifie que l'installation sera par Internet (la taille de l'ISO est donc faible). A l'inverse, core contient tous les fichiers d'installations dans son ISO (même si l'installation via Internet reste possible). Lequel choisir ? C'est vous qui voyez. Je vais toutefois donner ce conseil aux débutants : si vous possèdez un ordinateur relié à Intenet de préférence en ethernet (filaire), vous pouvez prendre le netinstall. Par contre, si vous avez Internet par wifi, prenez le core. D'une part, parce que cela risque de prendre plus de temps de télécharger tous les paquets et d'autre part une connexion "wifi" est un peu plus complexe à configurer qu'une connexion par cable.

Une fois l'image ISO mit sur CD/DVD ou clé USB, configurez le BIOS pour booter sur votre média contenant l'ISO.
Ceci fait, vous devriez avoir cet image au démarrage de votre ordinateur : {SPLIT(colsize=>1000|400)}
  1. Boot Arch Linux : démarrage normal
  2. Boot existing OS: booter un OS existant (sur le disque dur)
  3. Run Memtest86+: tester la memoire vive (ram)
  4. Run x86test: tester votre CPU
  5. Reboot: pour redémarrer votre ordinateur... au cas où... où... non je vois pasmrgreen



Sélectionnez Boot Arch Linux avec Entrée. le système se lance et vous arrivez dans un terminal en ligne de commande. Tapez "root" (pour se connecter en root).


Le clavier est configuré en QWERTY. Pour configurer le clavier en AZERTY (clavier français), tapez "km" (attention, comme je suppose que vous êtes avec un clavier type AZERTY, il faut en réalité tapez "k," mais cela devra afficher km sur l'écran).

Vous arrivez devant l'écran ci-contre. Choisissez le clavier correspondant à votre modèle.
Si vous disposez d'un clavier AZERTY avec clavier numérique choisissez fr-latin9. Si vous disposez d'un clavier sans pavé numérique (généralement pour les laptops), choisissez fr-pc.

L'écran suivant vous permet de sélectionner une police de caractère. Si vous ne savez pas quoi choisir, faites Skip.



Une fois ceci fait, tapez la commande suivante dans la console :
code : démarrer l'installation
~# /arch/setup

Un message d'accueil apparaît alors pour vous informer que la combinaison ALT+F7 permet de consulter le journal de l'installation au cas où...
Faîtes OK.

Le menu d'installation s'affiche alors.
  1. Select Source : choix la méthode d'installation par internet ou par CD/DVD/USB.
  2. Set Clock : réglage de la zone horaire ainsi que la date et l'heure.
  3. Prepare Hard Drive : outil pour le partionnement.
  4. Select Packages : sélection des paquets
  5. Install Packages : installation des paquets.
  6. Configure System : configuration du système et installation du noyau.
  7. Install Bootloader : installation du chargeur de démarrage.
  8. Exit Install : quitter l'installateur.



Select Source



Ensuite s'affiche le menu du choix du média d'installation : soit via cd (c'est-à-dire pas le support amovible monté avec les paquets ArchLinux), soit net par un serveur FTP/HTTP.
Si vous choisissez cd, vous passerez directement au menu Set Clock.
Si vous choisissez net, configurez le réseau (Setup Network) et choisir le miroir d'installation (Choose Mirror).

Lors de la configuration du réseau, l'écran affichera les interfaces réseaux détectées. Sélectionnez celle que vous voulez utiliser. Puis, ArchLinux vous proposera d'utiliser DHCP (protocole réseau dont le rôle est d'assurer la configuration automatique des paramètres IP d'une station) ou de configurer votre réseau manuellement.
Pour DHCP, rien n'est compliqué, il suffit d'attendre que le réseau soit configuré... si DHCP en trouve un.
Si vous avez choisi la méthode manuelle alors il faudra entrer l'adresse IP, le masque de sous-réseau, l'adresse de diffusion, l'adresse IP de la passerelle, le serveur DNS ainsi que l'adresse du proxy (laisser le champ libre si vous n'en n'utilisez pas).



Dans tous les cas, pour tester le réseau, tapez :
code :
~$ ping www.linuxmao.org

Faîtes CTRL+C pour arrêter le processus.

Si vous avez opté pour la netinstall choisissez le miroir pour la France, ex:
http://mir.archlinux.fr/


Set Clock


Rien de bien compliqué ici, il suffit de choisir le bon fuseau horaire puis de régler l'horloge matérielle. Vous aurez alors le choix entre UTC et localtime. Choisissez de préférence UTC car votre horloge sera configurée sur le système GMT (temps moyen de Greenwich) au lieu d'être configuré par l'heure locale de votre ordinateur.
La fenêtre suivante vous propose de régler l'heure et la date soit par ntpd (daemon)(si votre réseau est configuré et que vous avez accès à Internet), soit manuellement. Attention, ces changements sont nécessaires uniquement si la date et l'heure indiqués au-dessus sont fausses.

Prepare Hard Drive


exclaimLe partionnement est une opération qui n'est pas forcément évidente et dont les effets peuvent être irréversiblesexclaim
ideaLes exemples donnés (le choix du système de fichiers ou la taille de /) sont donnés à titre purement indicatif. Libre après à vous de fait comme bon vous semble.idea

Plusieurs choix s'offrent à vous :
  1. Auto Prepare : efface la totalité du disque dur et la remplace par ArchLinux
  2. Manually Partition Hard Drives : permet de définir manuellement les partions
  3. Manually Configure block devices : définit les points de montage de la partition
  4. Rollback last filesystem changes : annule les modifications faîtes
  5. Return to main menu : valide les opérations faîtes et retourne au menu principal



Si vous décidez de partionner automatiquement le disque dur (et d'effacer toutes les données dessus), rien de plus simple, sélectionner Auto Prepare. Il vous est demandé successivement le système de fichiers et la taille de /boot, swap, / et /home.Pour /boot, sélectionner les systèmes de fichiers ext2 et 32 Mo de mémoire, c'est largement suffisant. Pour swap, sélectionner le système de fichiers swap et 2 fois votre RAM si elle est inférieure à 1 Go ou la taille de votre _RAM si celle-ci est supérieur à 1 Go. Pour /, (il est conseillé reiserfs plus rapide et stable car pacman gère une quantité de petit fichier) et pour la taille minimum entre 7 et 10 Go voir plus (cela dépendra de votre utilisation). Pour home, sélectionner un système de fichier(ex:ext4) sur l'espace disque restant. Puis confirmez les changements. Si tout se passe bien, vous devriez obtenir le message suivant : "Auto-prepare was successful"

Si vous décidez de partionner manuellement, alors vous devez réfléchir à votre schéma de partion (/boot, /, /home, /var ?). Une fois Manually Partition Hard Drives sélectionné, on vous propose de choisir le support à partitionner (/dev/sda dans la quasi-majorité des cas). Puis vous aurez un écran qui s'affichera (cfdisk) où sont listés vos partions existantes (de là, vous pouvez les supprimer, modifier et créer vos proprers partions pour ArchLinux (en prenant par exemple le schéma de partition automatique comme modèle). Une fois que vous avez créé vos partitions, sélectionnez Write, puis DONE.
Ceci fait, sélectionner manually Configure block devices, puis /dev/sd(x) (là où vous avez créé vos partitions). L'écran affichera le menu de gestion des disques où les modifications faites seront listées. Sélectionnez une à une chaque partitions réservées pour ArchLinux (ex: sda1,sda2,sda3,sda4) et renseignez vos points de montage : /, swap, /boot, /home... pour chaque partition. Une fenêtre vous demandera si vous voulez spécifier des actions supplémentaires. Sinon, vous pouvez laisser le champ vide.

Select Packages


Pour ne rien vous cacher, le plus dur est fait en ce qui concerne l'installation d'ArchLinuxcool.
Ici, vous aurez à choisir quels paquets vous désirez installer (base et/ou base-devel). Base contient les paquets de base d'ArchLinux et base-devel contient les outils de développement (yaourt, makepkg...)
exclaimPour base-devel, il faut utiliser la touche flèche bas ou tab et Espace pour sélectionner/désélectionner exclaim



Install Packages


Bon ben là... faites Ok pour dire que vous êtes prêt pour l'installation. Puis allez boire un petit café (surtout si vous devez télécharger les paquets avantmrgreen).

Configure System


Allez ! Autre gros morceau de l'installationconfused.
Tout d'abord, on vous demande si vous voulez inscrire la configuration du réseau dans les fichiers de configuration... si vous l'avez configuré avant bien entendu, entrez : yes.
Il vous est demandé de choisir l'éditeur de texte en ligne de commande que vous voulez utiliser. Prenez celui dont vous avez l'habitude. Si vous n'en connaissez aucun, prenez nano. C'est le plus simple et ça suffit largement pour le moment. La seule combinaison de touche capitale à connaitre, c'est CTRL+X : elle permet de sauvegarder (en tapant "o" et entrée pour écrire) et quitter.

L'écran suivant vous liste les fichiers de configuration
  1. /etc/rc.conf : fichier principal de configuration.
  2. /etc/fstab : fichier de points de montage
  3. /etc/mkinitcpio.conf : fichier de l'image ramdisk du noyau
  4. /etc/modprobe.conf : fichier de configuration des modules
  5. /etc/resolv.conf : fichier de configuration des serveurs DNS
  6. /etc/hosts : fichier concernant les réseaux (nom de domaine, adresse IP)
  7. /etc/hosts.deny : fichier interdisant les accès réseaux
  8. /etc/hosts.allow : ben l'inverse... fichier autorisant les accès réseaux
  9. /etc/locale.gen : fichier générant les locales
  10. /etc/pacman.conf : fichier de configuration de pacman
  11. /etc/pacman.d/mirrorlist : fichier listant les miroirs de téléchargement
  12. Root-Password : permet de définir le mot de passe root
  13. Return : à votre avis ?mrgreen



Pour /etc/rc.conf : /etc/rc.conf est le fichier central de configuration du système __ArchLinux. Il permet de regrouper plusieurs éléments tels que le chargement de module, le réseau ou encore les services en un seul fichier .

Pour /etc/fstab : à priori, rien à reconfigurer. Pour l'instant, il faut juste vérifier que les partitions d'ArchLinux sont bien présentes.

Pour /etc/mkinitcpio.conf : sauf si vous savez ce que vous faites, ne touchez à rien. Si vous disposez d'un clavier USB, vous pouvez indiquer usbinput dans HOOKS

Pour /etc/modprobe.conf : rien à faire car le chargement des modules s'effectue par /etc/rc.conf

Pour /etc/resolv.conf : si vous avez configuré votre réseau par DHCP, tapez la commande :
code : copier vos dns
~# cp /etc/resolv.conf /mnt/etc/resolv.conf

Si vous avez configuré manuellement votre réseau, rentrez ici les DNS.

Pour /etc/hosts : il faut impérativement vérifier que le nom de votre PC est présent sur la ligne localhost. S'il n'y est pas, c'est que vous avez oublié de le mettre sur la ligne HOSTNAME de /etc/rc.conf.

Pour /etc/hosts.deny et /etc/hosts.allow : le mieux serait de le laisser inchangé sauf évidemment si vous savez ce que vous faites. En tous cas, si plus tard vous voulez gérer des accès réseaux par exemple ssh, vous savez où se trouvent les fichiers.

Pour /etc/locale.gen : enlever le # pour décommenter les locales désirées souvent les lignes fr_FR.UTF-8 UTF-8, fr_FR ISO-8859-1 et fr_FR@euro ISO-8859-15 (pour les francophones).

Pour /etc/pacman.conf : profitez-en pour ajouter le dépôt archlinuxfr qui contient yaourt :
[archlinuxfr]
Server = http://repo.ArchLinux.fr/i686

Après avoir redémarré n'oubliez pas de "pacman -Sy yaourt".
Libre à vous de rajouter de suite les dépôts MAO: archaudio .santa

Pour /etc/pacman.d/mirrorlist : décommentez les miroirs que vous voulez utilisez (pour la France décommentez tous les miroirs français). Le mirrorlist est régulièrement mis à jour (/etc/pacman.d/mirrorlist.pacnew à renommer en mirrorlist) ou utilisez l'outil rankmirrors .

Enfin, il vous reste à sélectionner votre mot de passe root. Pour rappel, si rien ne s'affiche à l'écran lorsque vous tapez votre mot de passe (pas même des *), c'est normal. C'est une vielle tradition dans UNIX. Attention à la casse égalementwink.

Puis... sélectionnez Return
...page... Wiki Pagination has not been enabled on this site.

Install Bootloader


Vous aurez alors le choix entre installer GRUB ou ne pas installer de chargeur de démarrage. Je vous recommande d'installer GRUB tout de même. Démarrer un système d'exploitation sans bootloader, ce n'est pas pratiquelol. Et je doute que vous ayez envie d'installer votre propre chargeur (m'enfin on sait jamais...).

Le fichier est normalement déjà rempli. Vous aurez ici plus un rôle de vérification pour vous assurer de la durée d'attente (timeout) et du chemin d'entrée par défaut (default).
Vous pouvez à votre guise rajouter une entrée. D'ailleurs, le fichier décrit comment spécifier une entrée pour GNU/Linux et Windows.

Quittez en sauvegardant (CTRL+X pour nano) le fichier de configuration. GRUB demandera alors où il doit s'installer. Répondez /dev/sda sauf si vous avez installé votre système de manière un peu plus particulière.
Si vous ne disposez pas de système RAID, répondez No à la question suivante.

Vous avez alors fini l'installationeek. Enfinrazz. Tapez la commande suivante :
code : redémarrer
~# reboot

Et entrez de plein pied dans le monde magnifique d'ArchLinuxcool


Configuration de base d'ArchLinux


Rappel:
présentation de pacman:
gestionnaire de paquetage pacman
Présentation de yaourt:
http://wiki.ArchLinux.fr/Yaourt
Présentation de Makepkg:
http://wiki.ArchLinux.fr/Makepkg
ABS:
http://wiki.ArchLinux.fr/Abs
AUR:
http://wiki.ArchLinux.fr/AUR

Ajout d'un nouvel utilisateur:

(ici, l'utilisateur "moi", remplacez moi par ce que vous voulez) :
code :création/ajout utilisateur
~# useradd -m -s /bin/bash moi

mot de passe utilisateur(2x):
code : mot de passe utilisateur
~# passwd moi

"Grouper" l'utilisateur,voir ici :
code :ajouter utilisateur dans groupes
~# usermod -G users,wheel,audio,optical,lp,scanner,log,power,storage,video moi

D'autres ajouts de goupes sont possibles:
Utiliser les groupes sous Arch Linux
http://wiki.ArchLinux.org/index.php/Groups en anglais

Configuration du réseau


Si vous avez opté pour une netinstall le reseau est déja ok sinon :
Pour voir les interfaces réseaux disponible sur votre machine, tapez la commande suivante :
code : afficher configuration réseau
~$ ifconfig -a

Comme expliqué dans le /etc/rc.conf:# Use 'ifconfig -a' or 'ls /sys/class/net/' to see all available interfaces.
La configuration réseau de base se trouve donc dans : /etc/rc.conf (section NETWORKING):
Ex (ip statique eth) :
[...]
#NETWORKING
# -----------------------------------------------------------------------
#
# HOSTNAME: Hostname of machine. Should also be put in /etc/hosts
#
HOSTNAME="lenomdelabécanne"

# Use 'ifconfig -a' or 'ls /sys/class/net/' to see all available interfaces.
#
# Interfaces to start at boot-up (in this order)
# Declare each interface then list in INTERFACES
#   - prefix an entry in INTERFACES with a ! to disable it
#   - no hyphens in your interface names - Bash doesn't like it
# 
# DHCP:     Set your interface to "dhcp" (eth0="dhcp")
# Wireless: See network profiles below
#
#Static IP example
eth0="eth0 192.168.1.7 netmask 255.255.255.0 broadcast 192.168.1.255"
#eth0="dhcp"
#wlan0="wlan0 192.168.1.8 netmask 255.255.255.0 broadcast 192.168.1.255"
#wlan0="dhcp"
INTERFACES=(eth0 !wlan0 !ath0)
# Routes to start at boot-up (in this order)
# Declare each route then list in ROUTES
#   - prefix an entry in ROUTES with a ! to disable it
#
gateway="default gw 192.168.1.1"
ROUTES=(gateway)
[...]

Ex (dhcp):
[...]
eth0="dhcp"
#wlan0="dhcp"
INTERFACES=(eth0 !wlan0 !ath0)
gateway="default gw 192.168.1.1"
ROUTES=(!gateway)
[...]

Pour le DHCP n'oubliez pas le ! (ROUTES=!gateway) (# - prefix an entry in ROUTES with a ! to disable it)!

La section networking du /etc/rc.conf étant réédité, relancez la nouvelle configuration réseau avec la commande :
code : redémarrer le démon network
~# /etc/rc.d/network restart

exclaimVous avez remarqué "network" est un daemon (rc.conf). Rappel Daemon en.
ideaRajouter un "@"devant network dans ligne des démons du rc.conf réduira considérablement votre temps de boot ! (le @ indique à un démon de démarrer en tâche de fond).
DAEMONS=(syslog-ng @network @crond alsa mpd)

IP statique : spécifiez vos DNS dans /etc/resolv.conf par ex:
nameserver 4.2.2.4

En outre vous pouvez configurer le réseau directement dans un terminal :
DHCP :
code : lancer dhcp eth0
~# dhcpcd eth0 (ou eth1)

IP statique :
code : configurer eth0
~# ifconfig eth0 <ip address> netmask <netmask> up

Pour configurer manuellement votre passerelle, tapez :
Code : configurer passerelle
~# route add default gw <ip address of the gateway

Bien entendu, il faudra s'assurer que votre serveur DNS soit contenu dans le fichier /etc/resolv.conf comme vu plus haut.

Si vous voulez vous connecter en Wifi, la chose est un peu plus compliquée,voir ici . Il vous faudra d'abord vérifier que vous disposez du paquet wireless_tools. Tapez en ligne de commande :
code : installer outils wifi
~# pacman -S wireless_tools
.
Puis, avec la commande ifconfig vue plus haut, l'interface wifi sera désignée généralement par wlanx (ou x est un nombre) ou parfois par athx pour les possesseurs de carte Atheros. Si à la ligne correspondant à wlan0 ou ath0, vous avez no wireless network, c'est que vous n'avez pas de chance et que votre carte wifi n'est pas reconnue nativement. Vérifiez tout d'abord votre carte wifi avec la commande suivante :
code : lister carte pci
~# lspci

et voyez sur le wiki officiel avec l'outil ndiswrapper.
exclaimAttention, pour les possesseurs de carte Atheros, il est conseillé d'installer le paquet madwifi avec :
code : installer madwifi
~# pacman -S madwifi
.
Une fois que votre interface réseau est reconnue, tapez la commande suivante pour charger votre carte wifi (caption=code : démarrer le wifi)}~# ifconfig wlan0 up {CODE}
Puis scanner les réseaux wifi disponibles avec :
code : scanner wifi
~# iwlist wlan0 scanning

Si le réseau wifi est crypté WEP, tapez la commande suivante en remplaçant les <*****> par les informations données par la commande d'au-dessus :
code : configurer wlan0
~# iwconfig wlan0 mode <mode> channel <canal> key <clé> essid <nom_reseau>

Si le réseau est crypté en WAP, il faudra vous assurer d'avoir l'outil wpa_supplicant :
code : installer wpa_supplicant
~# pacman -S wpa_supplicant

Ce paquet crée un fichier /etc/wpa_supplicant.conf qui contient un bon nombre d'exemples de configuration. Vous pouvez l'éditer directement ou créer le vôtre. Vous pouvez mettre autant de champs que vous voulez. Ça se connectera au réseau disponible, en testant dans l'ordre d'inscription. Configurez votre réseau comme il se doit et entrez la commande suivante :
code : configurer wpa_supplicant,wlan0
~# wpa_supplicant -i wlan0 -c /etc/wpa_supplicant.conf

Une fois cela fait, tapez :
code : lancer dhcp
~# dhcpdd wlan0

Dans tous les cas, pour tester votre connexion, faites :
code :
~$ ping www.linuxmao.org

Crtl+C pour arrêter le processus.
Vous pourrez plus tard installer un gestionnaire de connexion en GUI par exemple wicd .

Installation et configuration de Xorg

voir: Xorg sur ArchLinux.org-fr
(voir aussi la définition de Xorg)
code : installer Xorg
~# pacman -Sy xorg

Xorg 1.8, hal est déprécié, udev détecte lui même votre matériel. En revanche, n'oubliez pas d'installer evdev.
code : installer evdev
~# pacman -S xf86-input-evdev

L'utilisation de la commande X -configure générant un xorg.conf n'est plus conseillée/nécéssaire (sauf materiel/carte graphique "particulier"et/ou installation pilote proprio ex: nvidia xconfig).

exclaimLe clavier en Français (ici avec l'éditeur nano):
code : éditer evdev.conf
~# nano /etc/X11/xorg.conf.d/10-evdev.conf

On trouve la (2e) section, contenant MatchIsKeyboard "on" et on ajoute juste en-dessous : Option "XkbLayout" "fr"
Section "InputClass"
        Identifier "evdev keyboard catchall"
        MatchIsKeyboard "on"
        MatchDevicePath "/dev/input/event*"
        Driver "evdev"
        Option "XkbLayout"	"fr"
EndSection

Optionnel : réactiver Ctrl-alt-backspace et activer Compose sur la touche menu :
Option		"XkbOptions"	"compose:menu,terminate:ctrl_alt_bksp"


Touchpad synaptics:
code : installer synaptics
~# pacman -S xf86-input-synaptics


Pilote carte graphique:

connaitre le type de carte:
code : lister carte vga
~# lspci | grep VGA

En fonction de la sortie de commande soit installer le pilote libre:
pilotes libres
soit le pilote proprietaire:
Nvidia
ati
ex:(carte intel)
code : installer pilote intel
~# pacman -S xf86-video-intel

Installation de l'environnement "graphique"

Vous avez le choix entre differents environnement graphique:
http://wiki.archlinux.fr/Cat%C3%A9gorie:Environnement_graphique
Gestionnaire de bureaux (desktop: DE)
gestionnaire de bureaux Image

Gestionnaires de fenetres: (window managers: WM):
gestionnaire de fenetres personnalisé
WM Image

Exemple(fluxbox):
code : installer fluxbox
~# pacman -S fluxbox


Le demarrage de Xorg s'effectue avec la commande:
code : démarrer X
~$ startx


Avant cela, vous devez modifier votre ~/.xinitrc pour que cette commande (startx) démarre Xorg avec votre environnement "graphique":

Ce dernier par défaut ressemble à :
#!/bin/sh

#
# ~/.xinitrc
#
# Executed by startx (run your window manager from here)
#

# exec gnome-session
# exec startkde
# exec startxfce4
# exec openbox-session
# exec startfluxbox
# ... or any other WM of your choosing ...

Créez/éditez le pour votre utilisateur (/home/utilisateur/.xinitrc)et spécifiez votre DE, WM, ... choisi .
Ex:
exec startfluxbox

ideaPour une connexion automatique sur Xorg (sans saisir startx):
Dans un premier temps modifiez seulement votre /etc/inittab comme indiqué pour un utilisateur unique(commentez/décommentez suivant):
id:3:initdefault:

[...]

x:5:respawn:/usr/bin/xdm -nodaemon

par

id:5:initdefault:

[...]

x:5:once:/bin/su moi -l -c "/bin/bash --login -c /usr/bin/startx >/dev/null 2>&1"

Remplacez "moi" par l'utilisateur désigné .
voir: http://wiki.ArchLinux.org/index.php/Start_X_at_boot en anglais.

Entre autre vous pouvez choisir pour un gestionnaire de connexion en mode graphique (kdm, gdm, slim....) à spécifier dans la ligne DAEMONS du /etc/rc.conf
Ex pour kdm:
DAEMONS=(syslog-ng  @network kdm @crond @alsa)

installation et configuration d'ALSA

(voir la page dédiée à ALSA)
http://wiki.ArchLinux.org/Alsa(Français)
code : installer utilitaires alsa
~# pacman -Sy alsa-utils

Pour voir si la (ou les) carte est de suite reconnue, faire :
code : afficher carte son
~# cat /proc/asound/cards

Configuration:
code : configurer alsa
~# alsaconf

Régler les volumes sonores:
code : mixeur alsa
~$ alsamixer

Tester votre son:
code : tester sortie son
~$ cat /dev/urandom > /dev/dsp

Si vous entendez: psschtttgruikschweppesenverlan, c'est que ça fonctionne!!!biggrin
ou:
code : tester haut-parleur
~$ speaker-test

Tester systeme 5.1:
code : tester systeme 5.1
~$speaker-test -D plug:surround51 -c 6 -l 1 -t wav


Garder en mémoire les volumes:
code : mémoriser paramètres alsa
~# alsactl store

Restauration automatique du volume au démarrage:
code : éditer rc.conf
~# nano /etc/rc.conf

DAEMONS=(syslog-ng @network netfs crond alsa)

Il faut donc rajouter alsa à la ligne DEAMONS=(…).
Le paquet alsa-oss qui assure la compatibilité ascendante avec les logiciels utilisant OSS.
code : installer alsa-oss
~# pacman -S alsa-oss

Ajout d'un nouvel utilisateur au groupe audio:
code : ajout au groupe audio
~# gpasswd -a votreNom audio

Probleme:
Microphone non fonctionnel:
code : installer alsa-firmware
~# pacman -S alsa-firmware

...page... Wiki Pagination has not been enabled on this site.

Optimisation Pro_Audio:

A voir:http://wiki.ArchLinux.org/index.php/Pro_Audio

ArchAudio

http://archaudio.org/
Dépots a ajouter dans /etc/pacman.conf:
# tried and tested packages
[archaudio-stable]
Server = http://repos.archaudio.org/stable/i686
 
# these are..for testing?
[archaudio-testing]
Server = http://repos.archaudio.org/testing/i686
 
# for your pleasure
[archaudio-experimental]
Server = http://repos.archaudio.org/experimental/i686

Pour "rafraichir" les dépots:
code : synchroniser base
~# pacman -Sy

arrowSi vous etes perdu avec pacman "en CLI"(command line interface ou ligne de commande), utilisez gtkpacman pas top stable(...) mais vous pourrez voir/installer/supprimer/MAJ "en GUI"(Graphical User Interface ou interface utilisateur graphique), les dépots et paquets, d'autres GUI existent a vous de les tester.
code : compiler gtkpacman
~$ yaourt -S gtkpacman

noyau et applications temps réel


Temps-réel
Vous devez impérativement configurer P.A.M. pour utiliser jack en mode temps-réel
Sous ArchLinux le fichier de configuration est /etc/security/limits.conf
se reporter à la page accès temps-réel pour les application pour savoir comment modifier ce fichier (Obligatoire !!)
http://wiki.archlinux.org/index.php/Realtime_for_Users#PAM-enabled_Login
code : installer pam
~# pacman -S pam

Limite système
# /etc/security/limits.conf
...
@audio - rtprio 99 # normal 65; jusqu'a 99
@audio - memlock unlimited # RAM divisée par 2; jusqu'a "unlimited" (attention)

Pour activer les paramètres dans /etc/security/limits.conf vous devez utiliser un activant PAM: méthode de gestionnaire de login. Presque tous les gestionnaires de connection graphique sont pam-enabled. Vous pouvez vérifier par la recherche de la ligne connexes /etc/pam.d:
code : vérifier limites pam
~$ grep pam_limits.so /etc/pam.d/*

Si vous préférez ne pas avoir un gestionnaire de connection graphique, vous devez modifier PAM pour su:
# /etc/pam.d/su
...
session              required        pam_limits.so

Si vous démarrez depuis un gestionnaire de connexion tel que GDM ou KDM, vous pouvez utiliser PAM pour le démarrer en automatique avec une session, il suffit pour cela de rajouter le connecteur adéquat au service PAM concerné, gdm (/etc/pam.d/gdm) pour GDM et kdm (/etc/pam.d/kde) pour KDM:
session         optional        pam_ck_connector.so

Voir aussi:http://wiki.archlinux.fr/Consolekit#M.C3.A9thode_PAM
code : vérifier ulimit
ulimit -r


irq
irqbalance :
code : installer irqbalance
~# Pacman-S irqbalance

Question générale (s) avec (temps réel) noyaux:
  • Hyperthreading (si vous soupçonnez, désactiver dans le BIOS)
  • les questions IRQ peuvent se produire et causer des problèmes.Un exemple est le matériel vidéo se réservant le bus, causant des interruptions inutiles dans le système.
Voir:http://alsa.opensrc.org/Rtirq
code : compiler rtirq
~$ yaourt -S rtirq


Voir la priorité des applications
http://www.latencytop.org/index.php
code : compiler latencytop
~$ yaourt -S latencytop

x-runs
  • Certains démons / processus peuvent provoquer de façon inattendue xruns. Si vous n'en avez pas besoin tuez les!.
~$ ls /var/run/daemons #lister démons actifs
~$ top # or htop, ps aux... # lister processus actifs
~$ killall -9 $processname   # tuer un processus
~# /etc/rc.d/$daemonname stop  #stopper un démon

Si vous êtes face à un grand nombre de xruns en particulier avec NVIDIA, désactivez votre GPU d'étranglement.Cela peut se faire via l'applet de contrôle de la carte et pour nvidia, pour une performance maximale.
exclaimPour les disques durs, il est très important que le disque dur servant aux enregistrements soit sur un autre contrôleur (câble) que le disque système.

JACK

Attention chien méchant !^^
Se reporter à la page dédiée configuration de jack
L'objectif ici est de trouver la meilleure combinaison possible de la taille du tampon et des périodes, étant donné le matériel dont vous disposez. Pour les dispositifs USB, une période de 3 est toujours un must. En outre, la fréquence d'échantillonnage doit correspondre à la fréquence d'échantillonnage du matériel. Le plus souvent, 48000Hz est le défaut commun à beaucoup de dispositifs d'aujourd'hui. Une zone tampon de 256. En outre, vous pouvez comme pour définir la priorité maximum (au moins 10 inférieures aux limites du système, le plus haut est pour le périphérique lui-même).
Ex:
code : lancer jackd
~$ /usr/bin/jackd -R -P70 -dalsa -dhw:0 -r48000 -p256 -n3


{QUOTE}
code : afficher échantillon
~$ cat /proc/asound/card0/codec#0


FireWire

JACK est maintenant construit sans FFADO (actuellement en essais []):
code : installer ffado
~#pacman -S libffado

S'assurer que les modules du noyau appropriés sont chargés:
code : charger module
modprobe firewire-core firewire-ohci

Pour l'ancienne pile (par exemple, des noyaux personnalisés):
code : charger module 1394
~# modprobe ieee1394 raw1394

Suis-je dans le groupe vidéo?
code : lister groupe video
~$ groups | grep video

Ou n'importe quel autre groupe a accès à /dev/fw1 (/dev/raw1394 in old stack):
code : lister groupe pour fw1 ^~$ ls -l /dev/fw1 | awk ' {print $4}'^

code : lister groupe pour fw1
~$ ls -l /dev/fw1 | awk ' {print $4}'



Vous pouvez également modifier les autorisations pour vos besoins:
code : changer permissions
~# Chmod 666 / dev/fw1


Compilation noyau customisé.

Si vous allez compiler votre propre noyau, n'oubliez pas que la suppression de modules/options ne consiste pas à un noyau "plus dynamique". Il est vrai que la taille de l'image du noyau est réduite.
Vous devriez, cependant, définir votre architecture CPU pour le matériel approprié permettra une bonne partie de l'optimisation.
A savoir aussi que le noyau ArchLinux est déja préemptif (noyau temps réel) donc à vous de voir si vous avez besoin réellement de le recompiler... .
voir le dossier sur la compilation d'un noyau RT
Voir : https://wiki.archlinux.org/index.php/Kernel_Compilation
Depuis AUR vous avez deux options:
kernel26rt
kernel26-rt-ice
Le premier est un noyau temps réel standard, tandis que le second comprend des correctifs que certains peuvent considérer comme être mauvais, alors que pour d'autres c'est une bénédiction(d'autres noyaux RT sont disponibles ex: RTPAE...).
Une fois compilé/installé votre noyau RT n'oubliez de configurer le bootloader (voir plus bas).
Vous pouvez exécuter ABS (l'installer en premier), et de recompiler kernel26 avec le patch. Toutefois, ce n'est pas la plus utile des méthodes car les mises à jour écraserons votre noyau personnalisé pour éviter cela vous devez au moins changer le nom du noyau créé "pkgname".
Méthode simple avec ABS rappel :
code : installer abs
~# pacman -S abs

code : synchroniser abs
~# abs

Installer le PKGBUILD nécessaire à la compilation du kernel:
code : installer sources noyau
~# pacman -S kernel-sources

code : se déplacer dans répertoire local
~# cd /var/abs/local/kernel-sources

En utilisateur normal!:
code : construction paquet
~$ makepkg

Vous devez vous assurer de aidez vous ici:
Préemption complête:
Processor type and features --->
 Preemption Mode (Complete Preemption (Real-Time)) --->
  ( ) No Forced Preemption (Server)
  ( ) Voluntary Kernel Preemption (Desktop)
  ( ) Preemptible Kernel (Low-Latency Desktop)
  (X) Complete Preemption (Real-Time)

Réglage de la fréquence de l'horloge interne
Timer Frequency  (1000HZ)

Ne pas avoir d'options de débogage:
Kernel hacking  --->
 [*] Magic SysRq key #that one is always good to have ;)
 [ ] Kernel debugging

Installation du nouveau kernel:
ex:
code : installer noyau personnel
~# pacman -U kernel-RTperso-2.6.xx.pkg.tar.gz

Modification du bootloader grub:
Exemple de configuration de grub: 'fichier /boot/grub/menu.lst':
code : éditer menu.lst
nano /boot/grub/menu.lst

ex:
title  Arch Linux  
root   (hd0,0)
kernel /vmlinuz26-RTperso root=/dev/sda1 ro
initrd /kernel26-RTperso.img

Rebootez.

Démarrage!

Une excellente façon de diagnostiquer rapidement votre système et savoir ce qu'il manque pour avoir la prise correcte du mode temps réel:
Realtimeconfigquickscan:
http://code.google.com/p/realtimeconfigquickscan/
A installer avant:
code : installer mercurial perl-tk
~# pacman -S mercurial perl-tk

code : installer le GUI experimental
~$ hg clone https://realtimeconfigquickscan.googlecode.com/hg/ realtimeconfigquickscan  
~$ cd realtimeconfigquickscan
~$ perl ./QuickScan.pl

Installez vos applications audio préférées par ex:
code : installer paquets audio
~# pacman -S qjackctl patchage ardour qtractor hydrogen rosegarden qsynth lmms ladspa-plugins dssi-vst

Vous en trouverez multitude d'autres sur AUR que vous compilerez avec yaourt ou créer vos propres paquets avec d'autres sources.
exclaimSi pacman ne trouve pas votre paquet, utilisez yaourt idea
Comme vous êtes des musiciens partageursmrgreen (pacman -Rf hadopievil):
diffusez votre musique librement via mpd et votre web radio icecastsanta:
http://wiki.ArchLinux.fr/MPD
code : installer démon et clients mpd
~# pacman -S mpd icecast gmpc mplayer

Ajoutez l'utilisateur mpd au groupe utilisateurs :
code : ajout groupes
gpasswd -a mpd users

Exemple de /etc/mpd.conf: (avec icecast)
#An example configuration file for MPD
music_directory       "~/musique"                                   # Là où se trouve la musique
playlist_directory     "/home/utilisateur/.mpd/playlists"   # Où mettre les playlists
db_file                      "/var/lib/mpd/mpd.db"                     # La base de données
log_file			"/home/utilisateur/.mpd/mpd.log"   # fichier de log
state_file			"/home/utilisateur/.mpd/mpdstate" # fichier d'état
port				"6600"                                              # le port 
input {
        plugin "curl"
#       proxy "proxy.isp.com:8080"
#       proxy_user "user"
#       proxy_password "password"
}
audio_output {
	type		"shout"
	encoding	"ogg"			# optional
	name		"zik"
       host         "machin.no-ip.truc"
       port		"8000"
	mount		"/muzik.ogg"
	password	"XXXXX"
	quality		"4.0"
#	bitrate		"96"
	format		"44100:16:2"
	protocol	"icecast2"		# optional
	user		"source"		# optional
	description	"Koinfozik"	# optional
#	genre		"Other"			# optional
#	public		"no"			# optional
#	timeout		"2"			# optional
}

#
# An example of a httpd output (built-in HTTP streaming server):
#
audio_output {
	type		"httpd"
	name		"My HTTP Stream"
	encoder		"vorbis"		# optional, vorbis or lame
	port		"8000"
	quality		"4.0"			# do not define if bitrate is defined
#	bitrate		"96"			# do not define if quality is defined
	format		"44100:16:2"
}
#NoUpgrade = etc/rc.d/mpd

code : démarrer démon mpd
/etc/rc.d/mpd restart

oui c'est un daemon! mrgreen
N'oubliez pas de le rajouter aux DEAMONS du rc.conf pour le démarrage automatique au boot.
Depuis le client/éditeur par ex:
code : lancer gmpc
~$ gmpc

Connectez vous sur votre serveur mpd ici exemple avec gmpc en réseau local: (connection, préférence: nom: nomdelabécanne, hôte: ip, port: 6600)
Il existe beaucoup d'autre client (ncmpc, ncmpcpp, dmpc, pms, ario, sonata, qmpdclient ...)
Le client/lecteur:
ex:(ogg)
code : lancer mplayer
~$ mplayer -demuxer ogg http://machin.no-ip.truc:8000/muzik.ogg

Vous pouvez aussi utiliser votre navigateur favori ou vlc.

Ne reste plus que:
code : compiler cocktail
~$ yaourt -S apéro cacahuètes

et le tour est joué ou presque wink
cool


[+]

Documentation [Afficher / Cacher]

Connexion
[Afficher / Cacher]



Mégaphone [Afficher / Cacher]

olinuxx, 14:37, dim. 25 Jun 2017: bonjour et bienvenue à JamesBonze :-)
olinuxx, 09:24, sam. 24 Jun 2017: bonjour et bienvenue à DeuxMainsGauches :-)
Samuel, 15:58, ven. 23 Jun 2017: Et qui permet d'enregistrer les 24 canaux en autonome sur support usb
Samuel, 15:52, ven. 23 Jun 2017: Interface 24 canaux class compliant pour 375€[Lien]
sub26nico, 10:31, mar. 20 Jun 2017: Salut et bienvenue à Skys :-)
sub26nico, 18:39, dim. 18 Jun 2017: Salut et bienvenue à Nono480 :-)
bluedid29, 13:53, dim. 18 Jun 2017: Chouette thème pour la joute ! Bon dimanche :-)
sub26nico, 03:33, dim. 18 Jun 2017: Salut et bienvenue à guechi :-)
zebassprophet, 20:57, sam. 17 Jun 2017: bon bah y'apuka
programLyrique, 20:26, sam. 17 Jun 2017: C'est ce qu'on m'a demandé, de commencer dès maintenant !
zebassprophet, 20:11, sam. 17 Jun 2017: deja???
programLyrique, 19:35, sam. 17 Jun 2017: la joute 12 a commencé : [Lien]